Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Nocturne au Louvre de Brigitte Joseph-Jeanneney

Brigitte Joseph-Jeanneney
  Nocturne au Louvre

Nocturne au Louvre - Brigitte Joseph-Jeanneney

La caution culturelle en plus !
Note :

   Lorsque Nicolas Lesur, en cette fin d'année 1995, prend ses fonctions de directeur de la sécurité du Louvre, la France est paralysée par des grèves contre la politique du 1er ministre d'alors, Alain Juppé. Mais ce qui va directement occuper le nouveau directeur, c'est qu'à peiné arrivé, des tableaux sont dévissés et pendent dangereusement vers le sol. Tout se passe la nuit sans que rien ne soit décelé. Diane, une copiste séduisante intrigue Nicolas par ses attitudes et ses relations. Saura-t-il résoudre l'énigme et s'assurer ainsi de son poste ?
   
   Comme toujours dans la collection Art noir de chez Cohen&Cohen, l'art est au cœur de l'intrigue. Cette fois-ci, plus qu'une œuvre ou qu'un peintre, c'est tout le musée du Louvre qui est le lieu quasi unique du roman. Si le fond du problème peut sembler anodin aux amateurs de thrillers, de polars avec des morts à toutes les pages, l'enquête n'a pourtant rien à envier à ces ouvrages. Ce coté un peu léger fait même mon bonheur, car je peux lire tranquillement les aventures de Nicolas Lesur sans craindre un déferlement de violence. Et puis en prime, Brigitte Joseph-Jeanneney nous fait la visite du Louvre, parle de certaines œuvres, des célèbres et d'autres moins, La Joconde bien sûr, Le radeau de la méduse itou, ... mais on suit aussi en partie les visites d'une charmante conférencière qui s'intéresse -et nous intéresse- à la collection du marquis Giovanni Pietro Campana Di Cavelli. Son histoire est passionnante et véridique : collectionneur compulsif, arrêté et sauvé par Napoléon III, l'auteure en parle formidablement bien.
   
   Son roman tourne parfaitement, il aurait pu aller jusqu'au bout sans que je me lasse, mais une belle surprise, un retournement final permet de prendre encore plus de plaisir aux dernières pages.
   
   Finalement assez original ce polar qui ne met en scène aucune mort, aucune torture. Il est ancré dans le quotidien du Louvre, certes un peu bousculé, mais dans un rythme tranquille ; on est plus dans un bon Columbo que dans un épisode d'une série virevoltante. Et du coup c'est reposant et ça fait un bien fou.

critique par Yv




* * *