Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Un certain Paul Darrigrand de Philippe Besson

Philippe Besson
  Les jours fragiles
  L'arrière-Saison
  Se résoudre aux adieux
  Un instant d'abandon
  Un garçon d’Italie
  La maison atlantique
  De là, on voit la mer
  Vivre vite
  Arrête avec tes mensonges
  Les passants de Lisbonne
  Un certain Paul Darrigrand
  Dîner à Montréal

Philippe Besson est un écrivain français né en 1967.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Un certain Paul Darrigrand - Philippe Besson

Peu de fond
Note :

    Lors d'un déménagement, Philippe Besson retrouve dans un carton une ancienne photo de lui avec un ancien amoureux. Cette photo est prise pendant un séjour sur l’Île de Ré en hiver 1988.
   
    Alors qu'il est étudiant en droit à Bordeaux, il rencontre sur le campus Paul Darrigrand. Au premier regard, c'est le coup de foudre, tout est consommé. Mais Paul, de 3 ans son aîné, est marié.
   
    Ils vont vivre une passion amoureuse. Elle est forcément clandestine. Cette même année, Besson tombe gravement malade.
   
    Entre passion amoureuse et maladie, entre les études et les séjours à l'hôpital, cette année très particulière reste pourtant la plus belle année de la vie de l'auteur.
   
    Celle où il a rencontré et aimé un certain Paul Darrigrand.
   
    L'auteur s'empare du passé pour raconter l'âme et les corps.
   
    Moins fort que la découverte de son premier amour dans Arrête avec tes mensonges, Besson poursuit sa veine autobiographique très intime avec une réflexion profonde sur la
   création littéraire.
   
    Il nous plonge au cœur de la passion amoureuse adultère dans laquelle il vit entre désir et jalousie, il souffre de n'être pas unique pour l'être aimé.
   
    Philippe Besson se répète à souhait en interpellant le lecteur à qui il raconte ses souvenirs amoureux.
   
    Il écrit pour ne pas oublier, pour dire que ça a existé, il multiplie le "je" devenant le confident du lecteur. Il sait manier la fulgurance des sentiments, le doute qui vient et l'absence.
   
    De longs (trop) passages entre parenthèses ramènent le lecteur dans la fin des années 80 par le biais de faits divers et d’événements politiques de l'époque.
   
    Un livre sans grande profondeur malgré la délicatesse et la finesse de l'observation, il manque l'essentiel l'intérêt du récit. Trop mécanique sans grande émotion.

critique par Marie de La page déchirée




* * *