Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La femme d'un seul homme de Vilhelm Moberg

Vilhelm Moberg
  La Saga des émigrants, Tome 1 - Au pays
  La Saga des émigrants, Tome 2 - La traversée
  La Saga des émigrants, Tome 3 - Le nouveau monde
  La Saga des émigrants, Tome 4 - Dans la forêt du Minnesota
  La Saga des émigrants, Tome 5- Les pionniers du lac Ki-Chi-Saga
  La Saga des émigrants, Tome 6- L'or et l'eau
  La Saga des émigrants, Tome 7 - Les épreuves du citoyen
  La Saga des émigrants, Tome 8 - La dernière lettre au pays natal
  La femme d'un seul homme

Né en 1898 et mort en 1973, l’écrivain Vilhelm Moberg était aussi journaliste. Il fut même en 1921 le plus jeune rédacteur en chef que la Suède ait eu.

La femme d'un seul homme - Vilhelm Moberg

Un roman d'amour
Note :

    Plus connu pour sa saga des Émigrants (projet de lecture depuis des années), Vilhelm Moberg est l'auteur de ce court roman paru en 1933.
   
   Tout se déroule dans le petit village de Hägerbäck, à une époque non déterminée. Une époque où l'on récolte le lin, le transforme et le file pour en confectionner les draps, une époque où l'on laboure avec les bœufs, une époque où l'on va moudre son grain au moulin collectif et bien sûr une époque où à la belle saison l'on va traire ses vaches dans leur champ.
   
   Nouvellement mariés, Påvel et Märit viennent de prendre en charge une ferme du village; un mariage sans passion. Leur proche voisin, Håkan, loue sa ferme, mais entre malchance et mauvaise gestion, n'a guère de moyens; célibataire, il est aidé par sa servante qui ne demanderait pas moins que de devenir son épouse, mais Håkan n'a d'yeux que pour Märit...
   
    Dans une société qui punit l'adultère (et surtout la femme), Håkan et Märit vont laisser libre cours à leur passion, tout en se cachant, mais dans un village, garder un secret est impossible.
   
    Un roman d'amour intemporel, où le lecteur découvre les luttes et sentiments des principaux protagonistes, écrit dans une superbe langue. Si la saga des Émigrants est de ce tonneau, je vais y penser!
   
    "Le jour où Herman fut si pauvre qu'il n'eut plus besoin de fermer ses portes, il sortit par les portes ouvertes et trouva la liberté."

critique par Keisha




* * *