Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

G comme: Les Filles de Salem de Thomas Gilbert

Thomas Gilbert
  G comme: Les Filles de Salem

G comme: Les Filles de Salem - Thomas Gilbert

BD pour adultes
Note :

   Pourquoi ce livre ?
   Parce que Salem. C’est tout.
   
   De quoi ça parle

   Cette magnifique BD (je sais, je ne maîtrise pas encore les sous-sections… je viens de spoiler mon avis d’aplomb!) pose un certain regard sur la tristement célèbre histoire des sorcières de Salem. La narratrice, Abigail Hobbs, a 14 ans et un jour, un événement tout simple en apparence va modifier le cours de son existence.
   
   Mon avis

   Je ne vais pas beaucoup parler de l’histoire en tant que telle parce qu’elle est bien connue et que pour ceux qui ne la connaissent pas, ce serait bien que vous ayez quelques surprises. Toutefois, pour une mise en contexte, à Salem, près de Boston, au 17e siècle, des jeunes filles ont commencé à avoir des crises et ont accusé plusieurs membres de la communauté de sorcellerie. Résultat : plusieurs exécutés et 200 personnes emprisonnées. Cette BD brode autour de ce thème et offre une réinterprétation de cette histoire. C’est sombre, triste et cruel, ça met en avant la folie des hommes et leur petitesse devant la différence et ce qui leur fait peur.
   
   Ici, il ne faut pas chercher à voir ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. L’auteur utilise certains faits, en occulte d’autres et nous construit une histoire effrayante et possible à la fois. Le personnage principal, Abigail, sort de l’enfance et sa féminité fait peur à la société puritaine dans laquelle elle grandit. Autour d’eux, on craint la population autochtone et on craint surtout le diable, dont parle toujours le pasteur. Celui-ci souhaite ramener sa paroisse dans le droit chemin et est prêt à beaucoup pour récupérer son pouvoir, et de l’argent pour l’église.
   
   Encore une fois, la femme fait peur et est diabolisée. L’hystérie collective est décrite de façon frappante et le dessin, souvent très cru, sert parfaitement le propos. C’est révoltant, cruel, et on se dit que ça pourrait tellement être vrai. Ça pourrait tellement être ça, la vraie histoire. La façon qu’à le pasteur de tout retourner à son avantage (et à celui de dieu) est effrayante, et nous fait réaliser à quel point, quand certains veulent convaincre, aucun argument n’est efficace. Aucun. Et ça n’a pas changé.
   
   J’ai pour ma part beaucoup aimé les illustrations, avec un coup de cœur pour la dernière page, qui m’a fait fondre en larmes. Une lecture que je conseille, et que j’ai vraiment appréciée.

critique par Karine




* * *