Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les vieilles décences de Max Obione

Max Obione
  Gun
  Les vieilles décences

Max Obione est un auteur français de romans policiers, né en 1944.

Les vieilles décences - Max Obione

Quand les céréaliers se font du blé !
Note :

   Le Mat, inspecteur de police en retraite, et Raja, ex substitut du procureur, se promettaient d’attraper “ le Monstre ”, un énorme brochet, dans un étang de Mornelande à Villecourt, non loin de Chartres.
   
   C’est le cadavre d’un homme égorgé qu’ils remontent accroché à leurs hameçons. Dans les poches de ses vêtements ils trouvent un épi et des grains de blé. L’annonce dans un journal local que l’homicide serait en réalité un suicide attise leur colère. S’informant auprès du localier, Gaspard Métanier, Le Mat apprend que son article a été réécrit par le rédacteur en chef. Toutefois le pigiste promet de fournir une disquette qu’il placera sous la statue de Saint Antoine de Padoue, dans l’église du village.
   
   Sur les conseils avisés d’un bistrotier, Baduc, Le Mat loue une chambre chez l’habitant. Puis il se rend au lieu dit. En cours de route il tombe sur un attroupement. Un camion de pompier vient de blesser mortellement Métanier. Selon le brigadier Bléchard, qui avait procédé à l’enlèvement du corps du noyé, il s’agit d’un banal suicide. Bizarrement le conducteur s’est enfui. Raja le rejoint le lendemain. Dans le train il retrouve par hasard Spiegelman, un journaliste parisien qui doit enquêter sur les céréaliers et plus particulièrement sur une association dite la confrérie de Saint-Luperce. Il passe à la morgue de Chartres afin de vérifier l’identité du poisson humain. Mais le cadavre présenté ne correspond pas au leur.
   
   La disquette leur fournit le nom du faux suicidé : Mornand, un cultivateur qui se serait converti au bio. Après une soirée bien arrosée chez Baduc, lequel leur remet deux jetons permettant semble-t-il de s’introduire dans une officine de jeux clandestins, les deux compères prennent la route de la ferme de Mornand. Ils surprennent une troupe d’une douzaine d’individus habillés en para militaires se rendant vraisemblablement à un rendez-vous en pleine campagne tandis qu’un DC3 survole la région.
   
   Après une nuit réparatrice, ils se présentent à la ferme de Mornand qui semble abandonnée. Des oiseaux morts gisent ça et là. Ils se font passer pour des journalistes auprès d’un jeune écolo, instituteur de son état qui rend visite à Mme Mornand. Celle-ci est inquiète n’ayant pas de nouvelles de son mari depuis plusieurs jours. Selon l’instit, le principal adversaire de Mornand serait le vicomte Hubert Couillard de Hautemanière qui règne sur les céréaliers.
   
   Sous un aspect futile et léger, dû principalement à l’humour dégagé par les deux compères, ce roman de Max Obione traite d’un sujet brûlant, celui des dérives agricoles, d’une façon lucide.
   
   Les méfaits des manipulations transgéniques, niées et cachées par les grands groupes chimiques et ceux qui préfèrent la rentabilité au principe de précaution, bafouant la santé de leurs concitoyens, ne sont pas toujours dénoncés avec la virulence qu’il faudrait.
   
   Max Obione ne délivre pas un message mais il met en avant certaines pratiques honteuses, même si cela ne conduit pas forcément au meurtre. Quoique. Les exemples de fermes incendiées “spontanément” ; de troupeaux d’ovins décimés, appartenant à de jeunes éleveurs bio, deviennent par trop fréquents dans la vie courante, pour que ces événements soient naturels.
   
   Max Obione gratte où ça démange, et il serait souhaitable que d’autres personnes en prennent conscience, et pas uniquement des auteurs de romans noirs. Les personnages de Raja et Le Mat sont réjouissants, et méritent d’entrer dans la galerie des protagonistes atypiques. Quant aux autres figurants de cette histoire, bons ou méchants, ils méritent eux aussi des mentions très bien, quel que soit leur rôle, comme les acteurs à qui seraient décernés le César du meilleur second rôle.

critique par Oncle Paul




* * *