Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ados: Demain n'est pas un autre jour de Robyn Schneider

Robyn Schneider
  Ados: Demain n'est pas un autre jour

Ados: Demain n'est pas un autre jour - Robyn Schneider

Dès 15 ans
Note :

   Thèmes : Young Adult, Maladie, Adolescence
   
   Demain n'est pas un autre jour, sonne comme un roman dans la veine de John Green, évoquant un sujet rare et grave qu'est un type de tuberculose "multi-résistante", donc inguérissable. Le diagnostic de Lane est tombé : il est atteint de cette maladie et se rend au sanatorium pour adolescents. Il rencontre Sadie et une bande de copains qui vont l'initier aux "règles" du lieu. Dans un monde médicalisé, surveillé, éreinté, ils veulent apporter un vent de folie, entre sarcasme et humour, entre ironie et réalité, entre courage et colère. C'est une forme de combat contre la maladie. Puis il y a aussi les liens qu'on développe : l'amour, l'amitié, la complicité...
   
   Demain n'est pas un autre jour est un joli roman en ce sens que j'ai apprécié le côté poétique d'une jeunesse fougueuse et pleine de vie, malgré la maladie et les décès qui entourent ces jeunes. Ils ne sont pas dupes de leur situation et ont une vision réaliste de leur maladie alors ils font en sorte de vivre pleinement. Ca passe par une attitude rebelle, en marge de la société et en marge des règles édictées par le sanatorium : sortir faire le mur la nuit, couper les bracelets de l'hôpital, pirater un compte Internet. Il y a de Nos étoiles contraires et il y a du Monde de Charlie dans ce roman où les points de vues s'alternent, se croisent, se confrontent puis finissent par se rejoindre.
   
   On y parle de différence, du passage de l'adolescence à l'âge adulte, du poids des autres face à une maladie jugée contagieuse, de la solitude, de la mort mais aussi tout l'opposé comme la force de conviction, la volonté, l'envie, les désirs, les rêves... si bien qu'il y a de jolis moments lumineux et drôles, spontanés. J'ai été plus sensible au message porté sur les adultes, sur la vision qu'ont les gens des tuberculeux : ils sont méfiants, ils en ont peur, ils s'en éloignent. La réaction des parents de Lane est également saisissante et ça met en colère. Par contre je ne m'attendais pas à cette fin, qui malgré son réalisme, m'a bouleversée par sa tristesse et une forme d'injustice pour Lane et Sadie. Ce n'est pas aussi poignant qu'un John Green (peut-être aussi parce qu'on commence à bien connaître ce genre de romans YA) mais c'était tout de même fort et juste...

critique par Laël




* * *