Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le collectionneur d'herbe de Francisco Jose Viegas

Francisco Jose Viegas
  Le collectionneur d'herbe

Le collectionneur d'herbe - Francisco Jose Viegas

Polar portugais
Note :

   Il y avait Wallander et Gamache. Le trio sera complet avec Jaime Ramos.
   
   Jaime Ramos est chef de la brigade criminelle. Assez taiseux, il est bienveillant avec ses collaborateurs. Peu d’entre eux connaissent sa vie, sauf Isaltino qui note tout, Isaltino son bras droit qui râle sur son chef de temps en temps.
   
   Même nous lecteur, percevons peu de choses. Il a été communiste via l’amour qu’il porte à une femme, Rosa mais qui ne vit pas avec lui. Plus très jeune, il a emmené dans chaque bureau qu’il investissait, le poster d’un joueur de football. Il aime déambuler dans les rues de Porto et une fois l’an se rend au marché pour réaliser sa fameuse recette aux sardines. Il aime lire surtout l’hiver et n’est pas insensible aux peintures de Turner.
   
   Des corps sont découverts dans une pinède. Enfin d’abord un corps dont une grande partie a été carbonisée car le deuxième corps est découvert peu après dans la voiture où le premier corps est assis.
   
   Deux hommes vite identifiés : des russes qui travaillaient pour l’armée dont l’un était ingénieur.
   A la chute du communisme, ils sont venus s’installer au Portugal.
   
   Le troisième corps découvert peu après est celui d’une femme noire. Tuée par balles comme les deux hommes.
   
   En parallèle à cette enquête, Jaime Ramos est chargé non officiellement de retrouver la fille d’une riche famille. Elle est partie, envolée, de son plein gré et personne ne sait où elle vit.
   
   Je vous préviens, cela virevolte d’une chapitre à l’autre. On part du Portugal vers l’Angola, le Brésil, le Cap vert, c’est un certain Gomez qui en est la cause. Engagé par le frère de la jeune fille disparue, pour découvrir dans le monde, les meilleurs plantes hallucinogènes.
   
    Un quatrième corps sera découvert.
   
   Excellent roman. L’intrigue est excellente. Mais il faut bien s’accrocher car l’auteur passe d’un personnage à l’autre, tout s’imbrique mais il faut être attentif.
   
   La scène où Jaimes Ramos cuit son plat annuel, est d’une épreuve gustative. On se retrouve au soleil d’un claquement de ligne.
   
   "Alors Ramos, se mettait à penser à son âge, le regard tourné vers le calendrier figée posé sur son bureau, ou vers l’affiche de Teofilo Cubillas qui le suivait depuis toujours, de cabinet en cabinet. Lorsque nous étions plus jeunes, les après-midi s’étiraient doucement : le soleil se décomposait lentement, on retournait à la maison, on accrochait nos vestes et on s’asseyait devant la télévision. Depuis, quelque chose s’était brisé, quelque chose qui n’apparaissait plus dans les colonnes crédit-débit de l’innocente comptabilité de nos vies."

critique par Winnie




* * *