Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Beau ravage de Christopher Bollen

Christopher Bollen
  Beau ravage

Beau ravage - Christopher Bollen

Le temps paraît bien long
Note :

   Ian, déshérité par son père, rejoint Charlie son ami d'enfance sur l' Île grecque de Patmos. Dans une Grèce en faillite économiquement asphyxiée par le diktat de l'Europe, il retrouve toute une bande qui mène une vie rêvée entre yachts de luxe et soirées festives, on sirote des vodkas, les filles sont belles. Il y a Sony, la compagne de Charlie, ancienne actrice avec Duck, sa fille de 7 ans, Louise un ancien amour de Ian, Miles un anglais, endetté au Poker, pot de colle prétentieux, souffre-douleur de Charlie, et Rasym le cousin de Charlie et son amant Adrian.
   
   Charlie accepte d'embaucher Ian dans sa société de yachts charters qui emmène des touristes explorer les îles. Une soirée trop arrosée, une discussion qui tourne mal, une dispute entre Charlie et Miles, un ou deux coups de poing échangés, Charlie a disparu depuis ce soir-là. A-t-il été attaqué par surprise, blessé, lesté et jeté par-dessus bord. Il ne répond à aucun appel. Charlie va rechercher son ami et découvrir petit à petit que ses activités n'étaient pas très légales.
   
   Un roman qui hésite entre littérature et policier. Je dois reconnaitre que je me suis rapidement ennuyé à suivre ces fils de milliardaires sous le soleil d'une île grecque qui croule sous la came, des groupes de hippies qui débarquent avec leur sac à dos et des migrants syriens ou afghans qui accostent discrètement au petit jour au péril de leur vie. Bien sûr l'auteur essaye d'entretenir le suspens Charlie est-il un meurtrier ou une victime ? Est-il un suspect ou une cible ? Mais avant de connaitre la réponse à ces questions, le lecteur doit subir des dialogues sans fin et comme il n'y a pas d'action, le temps paraît bien long. Les seules pages vraiment bien écrites ce sont les quatre dernières, un peu juste pour faire un bon roman.

critique par Y. Montmartin




* * *