Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le règne hystérique de Siffoney 1er, roi d’Irlande de Spike Milligan

Spike Milligan
  Le règne hystérique de Siffoney 1er, roi d’Irlande
  Mon rôle dans la chute d’Adolf Hitler

Le règne hystérique de Siffoney 1er, roi d’Irlande - Spike Milligan

God Save Siffoney !
Note :

   Sur le bandeau qui est orange, il est écrit deux choses : l’auteur comique préféré des Monty Python et de Spike Milligan est notre Dieu à tous. Et c’est signé "John Cleese". Imaginez un Flann O’Brien (dont il est question d’ailleurs) ayant mélangé la "Guinness" et les amphétamines et laissé libre cours à son imagination. Le résultat aurait pu être quelque chose dans le style de ce livre de 316 pages et 61 chapitres !
   Dès les premières lignes, le ton est donné :
   - Au commencement Dieu créa le ciel et la terre, avec l'aide, semble-t-il, d'une main-d'œuvre irlandaise.

   
   Irlandais bon teint et, comme beaucoup de ses compatriotes de l’époque, ouvrier dans le bâtiment, il habite à Kilburn, banlieue non résidentielle du Grand Londres !
   Siffoney est persuadé d’être l’héritier du roi d’Irlande ! C’est son père qui le lui a dit sur son lit de mort ! Et un père mourant ne saurait mentir. Avant, c’est moins sûr !
   Donc finie la vie de misère, en route avec femme, enfant, chien et perroquet mal élevé pour le vert pays de ses nobles ancêtres ! À nous deux Deghoolen, paisible petit village peuplé de gens pour le moins étranges !
   Après avoir attendu son frère jumeau Shamus (vraiment identique, mais en pire, dixit l’auteur) à la descente du bateau, celui-ci arrive enfin dans une charrette de fumier tirée par un cheval ! Bon retour au pays, frérot !
   Nous suivons donc avec un certain sourire aux lèvres les tribulations picaresques et romanesques de ce futur ex-roi ou alors de cet ex-futur roi dans sa verte Erin natale !
   Pour corser l’histoire, un pur-sang est kidnappé ; alors les forces de l’ordre sont sur les dents !
   
   Certaines scènes sont absolument délirantes, en particulier celle concernant un ancêtre de Siffoney, Thomas, dont la pierre tombale nous apprend qu’il est né en 1600, a failli mourir en 1666, mort pour de bon en 1676. Lors d’une répétition de sa mort, il fit essayer son cercueil au voisinage, l’un d’eux en mourut !
   
   Une cohorte de personnages plus improbables les uns que les autres ! Un inventaire irlandais et pas que ! Par exemple un exhibitionniste hongrois, deux hindous un peu paumés ! On trouve aussi Ian Paisley en bouffon du roi ! Un chanteur fantôme hante les nuits (qui ne sont, bien entendu, pas de Chine). Celui-ci s’introduit chez les particuliers pour les obliger à l’applaudir… Vu qu’il chante très mal, les menaces sont obligatoires ! Passent aussi au grand galop de leur cheval dopé les deux frères Tige et Rory Prunoe. En prime on fait la connaissance d’un chien parano qui ne sait plus comment il s’appelle ayant un maître fan des Beatles ; il a porté à la suite les prénoms suivants (dans l’ordre ou le désordre !) John, Georges, Paul ou Ringo !
   Et en supplément passe au-dessus du village un étourneau farceur qui imite les sonneries de téléphone !
   Certains noms ont aussi leurs doses de comique, Mme Drusilla Pettlay-Plombs, Mrs Gay-Luronn, Mme Delores McRell, un policier O’Kellshiery ou encore un soldat romain nommé Prescribus Valium !
   La dérision poussée à l’extrême, se moquer de soi-même et de l’Irlande, c’est acerbe mais pas trop méchant !
   
   Je comprends l’admiration des Monty Python pour cet écrivain, digne successeur de Flann O’Brien, dans le genre du comique de l’absurde !
   
   Un chef d’œuvre ! Le livre le plus délirant lu cette année ! Une lecture qui fait énormément de bien !
   Je vais rassurer les âmes sensibles : Siffoney n’aura pas la tête tranchée à la fin du roman.
   
   Extraits :
   - Un roi irlandais, on lui fout pas les jetons comme ça, crâna Siffoney, et d'un air de défi il expédia un mollard en plein dans l'œil de Vung le terrible.
   
   - Derrière elle, avançait Madame Aida Higgins, charmante personne au physique de brioche ambulante.
   
   - Mais qu'est-ce que la pluie, somme toute ? Tout simplement un temps bien sec avec de l'eau.
   
   - Le soleil du matin radieux, éclairait son postérieur nu. Ah, certes oui, l'Irlande était encore la patrie du romantisme.
   
   - On ne le savait pas, mais l'Irlande est un pays d'actionnaires en liquidités, dont l'unique dividende était de se saouler la gueule.
   
   - Jamais on avait vu un trio aussi mal assorti depuis la rencontre entre Hitler, Mussolini, et Tojo.
   
   - Quand il atteignit la porte du château il avait vingt minutes de retard ou alors c'était que le
   château avait vingt minutes d'avance. À tout hasard il retarda sa montre de vingt minutes, puis pour rattraper le temps perdu Il tira très vite sur la sonnette.
   
   - Dès 22 heures, le soir même, Siffoney était bourré comme un coing et raide comme un passe-lacet.

critique par Eireann Yvon




* * *