Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Petites chroniques d'une maison d'hôtes de Veronique Cambier

Veronique Cambier
  Petites chroniques d'une maison d'hôtes

Petites chroniques d'une maison d'hôtes - Veronique Cambier

Histoire vraie
Note :

   Veronique Cambier parisienne jusqu’au bout des talons et quiche en cuisine de ce fait a franchi le pas en totale adhésion avec son mari et changer de vie.
   Tenir une maison d’hôtes, y louer des chambres : une véritable gageure.
   
   "Un jour enfin, nous sommes arrivés dans le village de Bilhères pour visiter une propriété et en repartant nous sommes tombés sur un panneau en bois marqué terrain à vendre.
   Et là, coup de foudre ! Pour le village, son exposition bien ensoleillée, l’emplacement du terrain et la vue : fabuleuse et imprenable!"
   

   Ils voulaient acheter une maison. Ils en firent construire une. Et les voilà partis pour une belle aventure en famille car Véronique et Hervé sont les parents d’un garçon et d’une fille.
   Le chapitre où elle évoque la désinvolture de son fils au début m’a bien fait rire.
   
   Depuis douze ans, Veronique court dans tous les sens, nettoyage, repassage, pâtissière (j’en rêve de ses pâtisseries). Se lever avant ses clients pour préparer le petit déjeuner même si elle avoue qu’elle n’est pas du matin. Une véritable fourmi qui se doit d’être impeccable.
   
   Douze ans après l’ouverture de la maison, elle nous raconte sans langue de bois ses déboires et ses bonheurs d’hôtesse. Je ne sais pas comment elle fait pour ne pas hurler sur certains clients. Je suppose que tous les autres compensent par leur gentillesse et leur amitié car oui certains sont devenus des amis.
   
   Des chroniques à lire si vous avez le blues. Des chroniques à lire si vous désirez ouvrir une maison d’hôte car ce n’est pas vraiment de tout repos. Veronique vous explique avec un humour décapant, car je pense qu’il en faut parfois de l’humour face à certains grossiers personnages, dans quel monde vous allez plonger.
   
   "Par jeu on n’avait d’ailleurs soulevé l’idée de ne plus faire maison d’hôtes QUE pour les gentils habitués, en mode club privé."
   

   Non je n’oublie pas qu’Hervé, le mari de Véronique, est un fin cuisinier et s’occupe de tout quand ils font table d’hôtes également. Derrière la femme se cache toujours le mari.
   
   J’avoue qu’avec mes deux chiens, je ne loge jamais chez l’hôte car j’aime être comme chez moi en vacances et j’ai surtout horreur de déranger les autres . Cela ne m’a pas empêchée de rencontrer des propriétaires de locations de vacances super généreux.
   
   Véronique laisserait sous entendre qu’elle et son mari pensent parfois à arrêter. Vous êtes certains ?
    Je rêve quand j’y découvre ses photos de transhumance moutonnière.
   
   A oui j’oubliais, Véronique est une addict lectrice. Et je rajouterai une excellente chroniqueuse.

critique par Winnie




* * *