Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La vie secrète de E. Robert Pendleton de Michael Collins

Michael Collins
  La vie secrète de E. Robert Pendleton
  Les âmes perdues
  Minuit dans une vie parfaite
  La filière émeraude
  Les gardiens de la vérité

Michael Collins est un écrivain irlandais né en 1964. Champion international de course de fond, il a reçu une bourse athlétique universitaire en 1983 et émigré aux USA.
Il a une formation d'informaticien et a travaillé comme programmeur pour Microsoft avant de se lancer dans l'écriture. Il a reçu plusieurs prix et a déjà été sélectionné pour les plus grands. Mais il a plus de succès en France qu'aux Etats Unis où l'on n'aime pas forcément entendre ce qu'il dit de la société américaine.

La vie secrète de E. Robert Pendleton - Michael Collins

Ces universitaires!...
Note :

   C’est l’histoire d’un professeur raté, écrivain médiocre, être humain minable, qui rate son suicide le soir où son rival débarque à l’université pour une conférence. Alors qu’il n’est plus qu’un légume ânonnant péniblement son alphabet, la belle Adi, étudiante attardée, devenue sa garde-malade par un concours de circonstances, découvre un de ses livres publié à compte d’auteur. Par hasard, c’est une sorte de chef-d’œuvre. Avec l’aide du rival, elle le republie et le voilà devenu best-seller. Entre alors en scène un policier trouble, au lourd passé. Car le roman contient la description exacte d’un meurtre commis dans la région, avec détails inconnus de tous à la date où il a été écrit. Ce serait trop facile si le professeur Pendleton était le vrai coupable, et de jour en jour, la liste des suspects s’allonge, surtout que personne ne joue jamais franc jeu…
   
   Un excellent roman qui joue avec tous les genres ; il faut attendre les toutes dernières pages pour avoir la clef, et si on s’amuse beaucoup avec des passages très moqueurs, on se prend aussi de plus en plus à éprouver beaucoup de compassion. Nos personnages sont tous attendrissants. Il faut s’accrocher un peu, on est ici dans un registre sans facilité, mais ça en vaut la peine.
    ↓

critique par Cuné




* * *



Ça commençait bien, mais...
Note :

   Autant dire que ça commençait bien. E. Robert Pendleton est professeur de Creative Writting, vous savez, ces postes universitaires pour écrivains ratés aux Etats Unis. Et écrivain raté, il l'est, rongé par la dépression, incapable de produire la moindre ligne constructive ou originale, crevant de jalousie face à son ancien camarade Horowitz qui lui a réussi et tient régulièrement la tête du classement des best sellers. "N'ayant publié aucune œuvre de fiction importante depuis dix ans, il avait parfois l'impression d'être comme un prêtre devenu athée qui n'en continue pas moins à prêcher en chaire parce qu'il n'a pas d'autre endroit où aller."
   Pour en finir avec cette vie médiocre, il décide de se suicider, le jour même où son université (de cinquième zone...) accueille Horowitz en séminaire à sa propre initiative. C'est Adi Wiltshire qui le découvre et lui sauve la vie, ou plutôt le condamne à une vie de légume car son cerveau a été endommagé.
   
    Étudiante attardée qui n'arrive pas à boucler sa thèse, elle s'installe chez Pendleton (qui lui a tout légué dans un ultime testament) et lui sert de garde malade pour alléger sa conscience. Elle découvre un carton de plusieurs exemplaires du livre de Pendleton, "Le Cri", imprimé mais jamais diffusé. Il raconte le récit du meurtre d'une jeune fille de treize ans qui a eu lieu plusieurs années auparavant dans cette même ville et dont on n'a jamais retrouvé le meurtrier. A cause de la précision de certains détails, Adi est bientôt persuadée que Pendleton est le meurtrier. Elle en informe Horowitz et bientôt, l'affaire devient publique car grâce à ce dernier, ce roman génial est nominé pour le prix Pulitzer... juste avant que l'enquête soit réouverte.
   
   Voilà pour les deux cents premières pages. Mais après, tout devient très long. Les déboires d'Adi qui a sombré dans la drogue, les problèmes conjugaux de l'inspecteur Ryder, l'enquête qui n'avance pas... Je suis terriblement déçue car ce qui m'intéressait, c'était le mécanisme de création, comment ce vieil universitaire racorni avait pu utiliser ce fait divers sordide pour écrire et pourquoi il a ensuite caché son oeuvre. L'enquête aussi m'intéressait, mais après trois cent cinquante pages, Ryder ne connaît toujours pas la première date de publication du Cri, alors c'est long. Même si ça ne manque pas de rebondissements, de remarques et portraits acides sur le monde universitaire américain et de descriptions sociales sordides, l'ennui s'est installé. Ces personnages ont tous plus ou moins raté leur vie, leurs belles aspirations ne sont plus que souvenirs et ils n'ont plus recourt qu'à des bassesses pour continuer; d'autres préfèrent le cynisme.
   
   Michael Collins est Irlandais et son regard sur les Etats Unis où il vit diffère de celui des Américains pure souche. Adieu le rêve, dans l'Amérique de Collins tout est petit et mesquin, on ne réussit pas à moins de conformisme et de vanité.
   
   Tout ça est très pessimiste et ce qui s'annonçait comme une enquête sur la création littéraire tourne en roman policier absolument pas palpitant.

critique par Yspaddaden




* * *