Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les frères Sisters de Patrick DeWitt

Patrick DeWitt
  Les frères Sisters

Les frères Sisters - Patrick DeWitt

Humour noir au Far-West
Note :

   Le pourquoi du comment :
   Non mais comment on résiste à une telle couverture, hein? Comment on fait? Je la trouvais fabuleuse depuis des années, je n’en lisais que du bien. Que demander de plus!
   
   C’est quoi, cette histoire?
   Dans ce western atypique et déjanté, nous rencontrons deux frères, Charlie et Eli Sisters, bien connus pour leur rapidité sur la gâchette. Ils sont cette fois engagés par le Commodore dans une mission qui les amènera au cœur de la Californie de l’époque de la ruée vers l’or. Sauf que ça ne va pas être de tout repos et qu’ils vont croiser plusieurs personnages qui ne vont pas leur faciliter la tâche.
   
   Et moi, j’en pense quoi?
   On va le dire tout de suite, les westerns, c’est pas mon truc. Ça ne m’intéresse pas une demi-miette et mes seules références dans le genre, ce sont Lucky Luke et la bande sonore de "Once upon a time in west". Vous pouvez donc vous imaginer que si hommage il y a, si c’est truffé de petites allusions, je n’ai rien vu pantoute! En y repensant, ce choix de lecture était parfois douteux!
   
    Pourtant, j’ai passé un bon moment, j’ai apprécié l’humour noir et l’écriture. Des fois, les réflexions d’Eli sont déconcertantes de candeur alors que, rappelons-nous, il exerce tout de même le charmant métier de tueur à gage et voleur de grand chemin. La relation entre les deux frères, très différents mais qui semblent s’aimer énormément malgré les apparences, est intéressante à découvrir et à suivre. Eli, le narrateur, réalise plusieurs choses pendant l’aventure et il évolue réellement. Et que dire de ses élans du cœur! On se surprend à rire de trucs vraiment horribles, en plus.
   
   Par contre, pour moi, c’est loin d’être le coup de cœur et la révélation que ça a été pour la plupart des gens. Il a reçu des avis super positifs alors que pour moi, on passe un bon moment, sans plus, avec des petits passages à vide. En effet, on en vient presque à oublier le but du voyage tellement les escarmouches sont fréquentes. Je me suis sentie dispersée et je ne savais plus trop où ça s’en allait. Certes, j’ai aimé la fin (je ne peux pas dire pourquoi), mais le personnage que j’ai préféré… c’est Tub le cheval. Ça peut vous donner une idée de l’attachement que j’ai eu pour les personnages principaux, surtout Charlie, le frère du narrateur, qui m’a semblé un total psychopathe.
   
   Ah oui… si quelqu’un peut me pister sur la signification du mec qui pleure… je lui serais éternellement reconnaissante!
   
   Ceci dit, se plonger dans l’époque de la ruée vers l’or, avec tout ce que ça implique d’éphémère, d’impulsif et d’incongru était quand même agréable. Tiens, limite que je vais me taper quelques Lucky Luke. C’est plus à mon niveau.
   ↓

critique par Karine




* * *



Parfum de western
Note :

   Elie et Charlie Sisters sont deux frères qui forment un duo particulièrement redoutables de tueurs à gage. La dernière tâche qu’ils se voient confier par le "Commodore" est de mettre fin à la vie d’un chercheur d’or, nommé Hermann Kermit Warm.
   
   Alors que l’aîné Charlie trotte sur son cheval, s’apprêtant à mener à bien cette exécution sans aucun état d’âme, Elie, le narrateur au cœur d’artichaut de ce formidable roman, est beaucoup moins serein. Il se pose en effet énormément de questions sur leurs sombres activités, et sur les liens qui les unissent.
   
   Au cours de leur périple, les deux frères croisent toutes sortes de créatures : tueurs, prostituées, animaux, chercheurs d’or. Autant de raisons de savourer ce livre jubilatoire, au parfum de western. Dès les premières pages, on a le sentiment de chevaucher à côté de ces deux "héros", qui suivent les directives qu’on leur donne sans bien savoir ni se soucier des raisons exactes pour lesquelles ils doivent éliminer un homme. C’est burlesque, comique, plein d’humour noir et aussi de tendresse.
   
   Un roman très réussi, qui devrait connaître une seconde vie grâce à l’adaptation que vient d’en faire au cinéma Jacques Audiard.

critique par Éléonore W.




* * *