Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La prophétie de Langley de Pierre Pouchairet

Pierre Pouchairet
  Mortels trafics
  La prophétie de Langley

La prophétie de Langley - Pierre Pouchairet

Embrouilles banco-terroristes
Note :

   Ludo d'Estre est trader dans une grande banque parisienne et prêt à flirter avec les limites de la légalité pour gagner beaucoup d'argent. Un jour, il remarque une transaction douteuse sur une grande société d'énergie française. Aidé de Reda, son collaborateur, il tente d'en savoir plus et pense à un délit d'initié. La suite lui prouvera que c'est bien pire. Entre Ludo le bourgeois versaillais et Reda l'enfant des cités de Trappes, malgré les regards étonnés, le courant passe bien. Mais lorsque Ludo disparaît c'est Reda qui est suspecté. Johana Galji, commandant à police versaillaise qui mène l'enquête, n'est pas convaincue de la culpabilité du jeune homme.
   
   Pas de temps mort dans ce polar. il commence vite et tient le rythme jusqu'au bout voire même s'emballe encore sur la fin. On suit d'abord Reda et Ludo, puis Reda seul qui tente de faire la lumière sur la disparition de son ami mais aussi Johana qui veut comprendre ce qui se passe. Tout tourne autour de la finance, du terrorisme, et malgré cela, les explications et la vulgarisation fonctionnent à merveille. Jamais le lecteur n'est perdu et au contraire, comprend mieux certains rouages des grandes banques et la surveillance des transactions financières et des réseaux terroristes qui cherchent à se financer en montant des opérations boursières.
   
   C'est drôlement bien fait. Phrases courtes, vocabulaire courant, explications simples et claires. Je me suis évidemment plus attaché aux personnages principaux, Reda et Johana mais aussi Alasdair McLeod ex-légionnaire devenu banquier, les autres les politiques naviguent dans des sphères assez éloignées de nos préoccupations, même s'il faut bien le dire, les décisions doivent se prendre rapidement et auront des conséquences à court terme pour nous communs des mortels. Franchement, je n'aimerais pas être à leur place et je me demande même pourquoi il y a tant de candidats pour des postes à emmerdes, à moins qu'il y ait des gros sous à se faire facilement, il faudra demander à certain(e)s prétendant(e)s à l'élection suprême en France, s'ils veulent bien répondre aux convocations...
   
   Enfin bref, pour revenir au roman de Pierre Pouchairet, quelques touches plus légères voire humoristiques permettent un peu de répit avant de repartir de plus belle. Je ne vais pas m'étendre plus, je voudrais que chaque lecteur ait les mêmes surprises agréables que moi. Contentez-vous -c'est un conseil pas un ordre !- de mon article et de la quatrième de couverture, Jigal n'est jamais très disert dessus, ce qui préserve le suspense. Diablement efficace, instructif et bourré de personnages bien campés, ce polar est un modèle de genre qui colle à l'actualité.
   
   NB : Pierre Pouchairet a de plus l'honnêteté de préciser en couverture que l'idée originale est d'un autre : L. Gordon avec qui il a collaboré. Excellent travail et excellent polar.

critique par Yv




* * *