Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Sérotonine de Michel Houellebecq

Michel Houellebecq
  Extension du domaine de la lutte
  La carte et le territoire
  Les particules élémentaires
  La possibilité d'une île
  Rester Vivant - La poursuite du bonheur
  Soumission
  Plateforme
  H. P. Lovecraft - Contre le monde, contre la vie
  Interventions 2
  Sérotonine

Michel Houellebecq est le nom de plume de Michel Thomas, écrivain français né en 1956 ou 58 à la Réunion.
Le prix Goncourt lui a été attribué en 2010 pour "La Carte et le Territoire".
Il a reçu le prix de la BnF 2015 pour l’ensemble de son œuvre



* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Sérotonine - Michel Houellebecq

De la totale inefficacité des antidépresseurs
Note :

   Je me demande si ce livre n'est pas le plus triste que j'aie lu de Michel Houellebecq. En tout cas, je l'ai refermé le cœur serré et touchée de la tristesse du deuil pendant plusieurs heures.
   
   Nous faisons la connaissance du narrateur, Florent-Claude Labrouste, 46 ans, Ingénieur agronome, travaillant pour le ministère après avoir travaillé pour Monsanto. Ses parents, à présent décédés, lui ont légué, outre ce prénom qu'il déteste, une assez belle aisance financière qu'il dépense actuellement avec un appartement luxueux à Paris et une coûteuse maitresse japonaise. Mais il ne tire guère plus de plaisir de l'un que de l'autre, à tout cela manque l'amour or tout en lui refuse de vivre sans, et le montre en le plongeant dans une profonde dépression. Quoique peu douloureuse, il sent l'emprise létale de la situation croitre au fur et à mesure que le mal s'installe et, pas assez secouru par ses antidépresseurs, entreprend de s'en faire prescrire un nouveau (le Captorix) et de changer de vie.
   
   Cette seconde "tentative de bonheur" le conduira d'abord dans les quartiers populaires de Paris, puis en province où il retrouvera son meilleur ami de l'époque de ses études, issu d'une famille d'aristocrates qui ne réussit pas plus brillamment dans son entreprise agricole et hôtelière que lui n'a réussi dans sa vie amoureuse. (Rappelons que Michel Houellebecq est ingénieur agronome et a travaillé pour le ministère de l'agriculture, c'est donc de façon tout à fait informée qu'il peint un effondrement du monde rural inéluctable et sa fin programmée). Labrouste sera chez cet ami quand se lèvera la révolte paysanne déclenchée par l'impasse dans laquelle se trouvent les paysans. Avant goût des Gilets jaune, elle sera bien plus radicale car plus désespérée, mais, marque houellebecquienne, prendra une voie suicidaire et non une voie créatrice.
   
   Labrouste, qui a cessé toute activité salariée et vit des fonds hérités, constate que son nouvel antidépresseur, s'il le soulage au point de pouvoir mener un (très) minimum de vie sociale, ne lui apporte aucune amélioration susceptible de mener à une solution.
   "Je demeurai pendant deux jours prostré dans ma chambre, je prenais toujours mon Captorix mais je n'ai pas réussi à me lever, à me laver ni même à défaire ma valise. J'étais incapable de penser à l'avenir, ni d'ailleurs au passé, et au présent pas davantage, mais c'était surtout l'avenir immédiat qui posait un problème."
   
   "… on peut vivre en étant désespéré, et même la plupart des gens vivent comme ça, de temps en temps quand même ils se demandent s'ils peuvent se laisser aller à une bouffée d'espoir, avant d'y répondre par la négative. Cependant ils persistent, et il s'agit là d'un spectacle touchant."

   
   Il réalise de mieux en mieux qu'il n'a connu qu'un grand amour dans sa vie et qu'il l'a gâché. Il décide de la revoir...
   
   Un livre superbe. Un roman qui parle de son époque (et ils sont bien peu nombreux capables de le faire en France en ce moment), un écrivain qui sait la voir et la dire bellement et avec une grande justesse, même si c'est dans l'optique dépressive qui est la sienne.
   
   Un excellent Houellebecq.

critique par Sibylline




* * *