Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

LaRose de Louise Erdrich

Louise Erdrich
  Dernier rapport sur les miracles à Little No Horse
  L'épouse antilope
  La malédiction des colombes
  La chorale des maîtres bouchers
  Ce qui a dévoré nos cœurs
  La consolation des grands espaces
  Le jeu des ombres
  La décapotable rouge
  Dans le silence du vent
  Femme nue jouant Chopin
  Le Pique-nique des orphelins
  LaRose

Karen Louise Erdrich est une écrivaine née en 1954 aux États-Unis, se rattachant au mouvement Native American Renaissance.

LaRose - Louise Erdrich

Mission
Note :

   Livre après livre, la grande romancière américaine Louise Erdrich, fille d’une Indienne d’origine ojibwa et d’un père Allemand, explore l’histoire et l’inconscient du peuple maternel dont elle s’est fait le chantre pudique. Car trouver sa véritable place dans la société américaine quand on est issu de ces survivants des massacres à grande échelle de l’armée des colons, que l’on vit plus ou moins reclus dans des réserves concédées du bout des lèvres après bien des combats et que l’on souffre d’un racisme qui n’a jamais véritablement disparu du côté de la middle-class blanche, puritaine et conservatrice reste un bien difficile exercice de nos jours, méritant une mise en lumière selon les capacités de chacun. Une sorte de mission sacrée que la romancière s’est finalement donnée et qu’elle défend, à ton mesuré, depuis qu’elle a commencé d’écrire.
   
   Son dernier roman ne déroge pas à ce principe bien qu’il emprunte un chemin considérablement plus escarpé que dans les productions précédentes. Tout commence lorsqu’un jeune garçon de cinq ans est tué accidentellement par son voisin lors d’une partie de chasse. Parce qu’il s’agissait d’un neveu (l’un des fils de la demi-sœur de son épouse) et par respect des traditions ancestrales, une seule solution permet d’espérer réparer l’irréparable et de tuer dans l’œuf toute tentation de vendetta. Pour cela, il faudra renoncer à son propre fils, LaRose, le cousin et le camarade de jeu du petit mort pour le confier à la famille du défunt en guise de remplacement, de dédommagement et de punition.
   
   Un auteur quelconque aurait sans doute déjà établi une trame romanesque solide sur ce début, explorant en profondeur les affres des familles donneuses et receveuses, le travail de deuil de part et d’autre ainsi que les troubles psychologiques d’un enfant brutalement basculé d’un monde qui lui est tout à un autre, sans explication. Certes, ces dimensions sont effectivement largement abordées par l’auteur mais elles sont encapsulées dans un récit volontairement tortueux nous conduisant sans cesse sur la piste des ancêtres. Car, depuis des générations, cet étrange prénom de LaRose se transmet de père en fils ou de mère en fille. Toujours, il échoit à un être au destin peu commun, à un jeune humain dont la vie sera faite autant de douleurs que de joies.
   
   A son tour, ce nouveau LaRose devient le médium des tensions entre ces deux familles, déchirées autour de pertes bilatérales et dont les demi-sœurs se détestent. Au fil des circonstances et des rencontres, il est aussi le passeur d’âmes, celui qui est capable de voir et de dialoguer avec les ancêtres et d’inscrire ainsi les grandes étapes de sa propre vie et celle de son entourage dans un schéma plus global. Il prend conscience peu à peu de son rôle pour perpétuer des traditions et une langue qui, sans cela, sous la pression d’un monde moderne et féroce, disparaitraient à jamais. LaRose est, de fait, bien plus qu’un enfant balloté : il est un témoin de son peuple, un acteur de l’histoire de ce dernier.
   
   Autour de lui, les adultes se débattent, aux prises avec leurs démons, leurs angoisses, leurs échecs, leurs frustrations. Louise Erdrich a ce génie de savoir imaginer des personnages secondaires forts, à la violence exprimée ou contenue à grand peine, toujours sur le point d’exploser, symboles aux multiples facettes d’un monde qui ne fait aucun cadeau aux faibles. L’auteur signe un roman magistral, complexe, un livre qui gratte et qui pique comme ces milliards de tiques auxquelles il est fait allusion et qui viennent se nicher sous la peau de l’une des "sœurs" de LaRose dans une sublime séquence du récit.

critique par Cetalir




* * *