Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les dieux voyagent toujours incognito de Laurent Gounelle

Laurent Gounelle
  L'homme qui voulait être heureux
  Le jour où j’ai appris à vivre
  Les dieux voyagent toujours incognito

Laurent Gounelle est un auteur français né en 1966.

Les dieux voyagent toujours incognito - Laurent Gounelle

Reprendre confiance en soi
Note :

   Un type se tient sur une des poutrelles de la Tour Eiffel, le regard fixé sur le sol, 120 mètres plus bas. Pas besoin d’un dessin, on se doute de ce qu’il a en tête.
   
   A ce moment là, il m’est revenu des images de George Bailey alias James Stewart, accoudé à la margelle d’un pont, au début du fabuleux "la vie est belle" de Capra. Un ange se matérialise et va répondre au désabusement du héros qui ressasse sans arrêt que le monde, du moins sa ville, ne remarquerait pas son absence; qu’il ait vécu ne changerait rien à rien.
   
   Ici, ce n’est pas un ange, mais un richissime mentor (ou coach pour reprendre un terme du XXIème siècle) qui va se charger de lui remettre les points sur les i.
   
   S’en suit alors une batterie de tests, de défis, d’épreuves pour que Alan reprenne confiance en lui, en ses capacités, voire en son influence. Et, là, on est en droit de se dire que l’on a une sorte de manuel entre les mains. Ces petits tests, vous pouvez les réaliser vous-même.
   
   Alan travaille comme recruteur - un boulot inventé par le marché mondial et les nouvelles valeurs de l’entreprise moderne, mais il est comptable de formation. Et il s’aperçoit que sa vie ne vaut pas ou plus la peine d’être vécue, notamment suite à la disparition de celle qu’il pensait être la femme de sa vie.
   
   C’est un tourbillon en forme d’entonnoir qui se resserre au fur et à mesure de la progression dans le roman pour finir en un curieux suspens (puisqu’il n’y a aucun meurtre) qui vous prend aux tripes et ne vous lâche plus. A ce moment là, on sait que l’on tient un bon livre entre ses mains. Alors le monde peut s’écrouler tout autour, on continuerait à avancer dans l’intrigue pour savoir…
   
   Intrigue, pas vraiment. Disons que l’on suit un personnage auquel on s’identifie plus facilement, que celui-ci souffre d’un mal très répandu dans nos sociétés modernes au fort pouvoir de déresponsabilisation : le manque de confiance en soi.
   
   Laurent Gounelle connait bien son sujet puisqu’il a été lui-même chargé d’études financières pour une grande entreprise, de celles qui broient l’humain mieux qu’un concasseur.
   
   Passionné de sciences humaines, il nous donne des pistes pour affronter la jungle de la vie moderne. Certains diront que c’est cousu de fil blanc, que c’est de la psychologie de bazar. Et alors, où est le mal?
   
   Il brosse quelques personnages insolites et hauts en couleur qui renforcent cette impression de convivialité toute française propre à une certaine nostalgie de l’avant mondialisation, de l’avant Facebook, quand les gens se parlaient.
   
   Même si la fin est un peu trop convenue et que tout finit bien, on ne va pas lui en vouloir. Après tout, ce livre se lit comme une méthode pour reprendre le dessus dans sa vie.

critique par Walter Hartright




* * *