Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

P comme: Serum de Cyril Pedrosa

Cyril Pedrosa
  P comme: Trois ombres
  P comme: Serum

P comme: Serum - Cyril Pedrosa

Mérite un peu de réflexion
Note :

   Dessins : Nicolas Gaignard
   

   J’avais lu beaucoup de bien à propos de cet album (et en plus, c’est Pedrosa). Un de mes copains criait au génie. Est-ce pour cette raison que mes attentes étaient dans le plafond? Bref, c’est un album qui m’a déçue au premier abord, me laissant sur une impression un peu frustrante d’inachevé. Puis, j’ai réfléchi un peu. Puis, je l’ai relu avec le nouvel éclairage, pour constater qu’il y avait quand même un propos qui méritait qu’on s’y attarde. Bref, je suis quand même plus positive quelques jours après ma lecture qu’immédiatement après. Une BD qui mérite un peu de réflexion, quoi.
   
   Nous sommes donc en 2050, dans une France très contrôlée, très militarisée. Kader travaille pour une compagnie d’État (dont j’ai oublié le nom… oups) et a été condamné quelques années auparavant. Depuis, il a reçu une injection de sérum qui l’empêche de mentir. Imaginez, devoir dire toute la vérité, rien que la vérité. Même à ceux qui ne veulent pas l’entendre. Pas de mensonges blancs, pas question d’épargner l’interlocuteur pour les choses qui n’ont finalement pas d’importance. Kader est donc replié sur lui-même, souvent antipathique et peu porté vers les autres. Puis, un jour, un rapport...
   
   Ce futur par si éloigné est glaçant et trop réaliste pour ne pas faire mal. Les journées sont toutes pareilles, toujours sous surveillance, rien n’est privé et tout semble pouvoir être contrevérifié. Plus de bon temps, plus de retraite, énergie limité, denrées de première nécessité au marché noir, police partout. Il y a un réel propos politique, une critique sociale, une réflexion sur le mensonge et la vérité dans le quotidien mais aussi dans les gouvernements.
   
   Le dessin est limite angoissant, les personnages font peur à voir. Un album très ambitieux, plein de qualités, mais pour lequel mon appréciation reste beaucoup plus cérébrale qu’émotionnelle. Et bon, oui, je sais, je ne suis pas claire. Mais comme ce ne l’est pas dans ma tête, c’est un peu normal, non?

critique par Karine




* * *