Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Monsieur Origami de Jean-Marc Céci

Jean-Marc Céci
  Monsieur Origami

Monsieur Origami - Jean-Marc Céci

Simplicité et de profondeur
Note :

   Où?
    Le roman se déroule principalement au Japon, à Higashi Chichibu, puis en Italie dans une ville de Toscane qui n’est pas nommée.
   
   Quand?
    L’action se situe à notre époque.
   
   Ce que j’en pense
    Cet OVNI littéraire – on ne peut pas vraiment parler de roman – se déguste comme une gourmandise, avec un plaisir intense et avec l’envie d’en reprendre une fois terminé. C’est que Jean-Marc Ceci a trouvé une forme de littérature très originale, à la fois proche du haïku par sa construction codifiée et du bréviaire zen par sa philosophie. Pour le résumer, on pourrait se reporter à la page 20 :
   "Maître Kurogiku quitte le Japon à l’âge de vingt ans.
    Avant de partir, son père l’invite au chadò, la cérémonie traditionnelle du thé.
    Il lui donne un bout de papier plié.
    Un origami.
    Il représente une grue."
   

   Si on prend soin de déplier cette page vingt, on y retrouvera tout le livre. On saura que Kurogiku est Maître dans l’art de fabriquer du papier à partir du kòzo, le mûrier à papier, papier appelé washi qui sert à la confection des origamis ; on comprendra que c’est à cause du visage d’une Italienne rencontrée dans son village qu’il décidera de partir ; que c’est un déchirement pour son père de voir s’envoler son fils ; qu’il va alors lui confier ce qu’il a du plus précieux.
    Après avoir appris tout cela, on peut à nouveau déplier toutes ces histoires pour en découvrir d’autres aspects.
    On retrouvera alors trois plants de kòzo dans les bagages de Maître Kurogiku ; on apprendra tout de la manière de fabriquer le washi ; on découvrira les règles de l’origami. Des règles simples qui rendent "l’exercice de l’art compliqué". Le déchirement y est, par exemple, interdit ; qu’il existe une légende autour de la grue en origami.
   
    On l’aura compris, ce récit peut, en se dépliant encore plusieurs fois, révéler encore bien davantage. Nous entraînant vers la tragédie d’Hiroshima, vers la culpabilité d’un père, vers des rencontres au bout d’un long voyage, vers la façon d’apprendre et de transmettre, vers une philosophie qui nous explique que "les êtres et les choses appartiennent à ceux qui s’en occupent.", qu’"on ne peut comprendre où l’on va si l’on se sait d’où l’on vient." et que cette quête peut prendre toute une vie.
   
    En dépliant ce livre, prenez bien soin de goûter à chaque page. Attardez-vous non seulement à la quête de Maître Kurogiku, mais aussi à celle de son père, de son ami horloger qui aimerait rassembler en une montre tout le temps, d’Elsa qui les accompagne. En fouillant un peu, vous verrez alors un nouveau prodige : de nouvelles connaissances, d’autres émotions apparaissent… accompagnées d’une furieuse envie de relire encore chaque page, de repartir sur les pas de Monsieur Origami.
   Un livre magnifique de simplicité et de profondeur.

critique par Le Collectionneur de livres




* * *