Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'aile des vierges de Laurence Peyrin

Laurence Peyrin
  La drôle de vie de Zelda Zonk
  L'aile des vierges

L'aile des vierges - Laurence Peyrin

Romantique à souhait !
Note :

   1946, comté du Kent, Angleterre. Maggie Fuller, 26 ans, est fille et petite fille de féministes militantes qui se battaient pour l'égalité des sexes. Elle a donc un talent héréditaire pour la contestation. Si la vie avait obéi à une logique, Maggie aurait été médecin. Mais aujourd'hui Maggie s'apprête à franchir la porte de Sheperd House le manoir le plus majestueux du comté, elle va entrer au service des Lyon-Thorpe comme femme de chambre. Car Maggie est veuve, elle n'a plus un sou et c'est le bon docteur Heady qui l'a recommandée pour cette place. Will le mari de Maggie est tombé d'un toit et s'est brisé les os. Maggie a soigné cet homme de vingt-trois ans devenu grabataire et avec cette chute tous ses rêves se sont évanouis.
   
   Maggie s'installe dans une chambre de bonne dans les combles surnommés l'Aile des vierges , elle va prendre en charge les appartements de Lady Philippa dit Pippa-ma-chère, et ne se sera pas insensible au charme de son mari Sir John malgré les ragots et les rumeurs qui circulent sur lui dans les cuisines.
   
   Portrait d'une jeune femme combattante qui n'a pas la langue dans sa poche. le récit d'une passion, Laurence Peyrin nous fait pénétrer dans les hautes sociétés anglaises et new-yorkaises, les mariages arrangés, les divorces interdits, les accommodements pour sauver les apparences. La honte des jeunes filles enceintes et seules, la douleur des femmes victimes de violences conjugales. Maggie va se remettre dans le droit chemin et comme sa grand-mère et sa mère rester une femme libre, revendicative, une emmerdeuse professionnelle, une femme qui sait combattre et aimer.
   
   Il y a des livres que l'on a plaisir à lire, l'Aile des vierges en fait partie, j'ai retrouvé avec bonheur le style de Laurence Peyrin qui m'avait enchanté dans Miss Cyclone, c'est léger, drôle, vivant, romantique à souhait.

critique par Y. Montmartin




* * *