Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Grand frère de Mahir Guven

Mahir Guven
  Grand frère

Grand frère - Mahir Guven

Ce qui gangrène notre société,
Note :

   Goncourt du premier roman 2018
   
   La mère elle est allée sonner à la porte de Dieu un 8 septembre, il y a 18 ans, ses mains, son odeur, sa voix lui manquent. le père moitié arabe, moitié kurde, mais avant tout communiste, est chauffeur de taxi, il rêve de monter une petite entreprise familiale avec ses deux fils. Mais le Petit frère, surnommé Pansement, car il est infirmier, veut partir de la France pour soigner dans son pays ceux qui en ont vraiment besoin. La vie est trop courte, il veut l'aventure, la vraie. Alors il est parti sur la terre des fous et des cinglés, en Syrie. le Grand frère, surnommé Pilote, travaille pour les traites, il est chauffeur VTC chez Uber, son seul diplôme, le permis de conduire, sa seule maitresse, sa voiture. Mais trois ans après, Petit frère revient, on ne rentre pas de Syrie par hasard.
   
   Ce qui fait la force de ce roman c'est que tout sonne juste, l'utilisation du langage imagé des jeunes où verlan, argot et arabe se mélangent y est pour beaucoup et le glossaire à la fin du livre est le bienvenu. Un style particulier, vivant, rapide, avec deux narrateurs qui alternent dans le récit. L'auteur nous parle de deux mondes qui se côtoient sans jamais se rencontrer, la vie des banlieues, les trafics, les indics, la mosquée, les joints, les meufs qu'ont emmène au formule 1, des jeunes qui ne peuvent trouver leur chemin, qui ne savent pas d'où ils viennent, qui n'ont pas de colonne vertébrale, ni vraiment français, ni vraiment arabe. L'histoire de jeunes perdus, qui partent combattre en Syrie, et qui reviennent en France.
   
   Mahir Guven nous entraine avec Petit frère, dans un hôpital de fortune, à 30 km d'Alep, sous les tirs meurtriers des partisans de Bachar, opérer, soigner, recoudre, sans aucun matériel. Nous roulons dans la grosse voiture de Grand frère, la précarité des conducteurs de VTC qui sont soumis au diktat des plateformes et leur conflit avec les taxis.
   
   Un livre puissant et percutant, qui traite de ce qui gangrène notre société, cela fait mal, mais c'est la vérité. Une immersion dans une jeunesse qui se sent rejetée et qui est tentée par le terrorisme seul moyen d'exister, avec une fin qui est loin de tout ce que le lecteur a pu imaginer tout au long du récit. Un premier roman de grande qualité, qui a déjà été salué par de nombreux prix dont le Goncourt du premier roman.

critique par Y. Montmartin




* * *