Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ados: Vous parler de ça de Laurie Halse Anderson

Laurie Halse Anderson
  Je suis une fille de l'hiver
  Ados: Vous parler de ça
  Ma mémoire est un couteau

Laurie Halse Anderson est une auteure américaine née en 1961.

Ados: Vous parler de ça - Laurie Halse Anderson

Pour grands ados
Note :

   "La première chose dont je me souviens après ça, c'est le téléphone. J'étais debout, au milieu d'une foule alcoolisée, et j'ai appelé la police, parce que j'avais besoin d'aide."
   

   Melinda commence le Lycée sous de désagréables auspices. Ses amis d'hier la fuient comme la peste, ses professeurs sont pour la plupart étranges, et les mots petit à petit s'étranglent dans sa gorge jusqu'au mutisme dans lequel la jeune-fille se fond peu à peu. Sur son bulletin, les notes chutent. Seul le cours de dessin semble encore éveiller en elle de l'intérêt. Mais que s'est-il donc passé ? Melinda trouvera-t-elle le courage de parler enfin, et d'attirer l'attention de quelqu'un, d'un ami, d'un enseignant, de ses parents ?
   
   J'avais commencé ce livre il y a quelques temps déjà, puis je l'avais reposé sans le terminer (ce n'était pas le moment sans doute). Entre temps, ma fille (14 ans) l'a lu. Elle sait que cette collection peut l'intéresser, qu'elle est faite éventuellement pour sa tranche d'âge, et à son âge justement (dans un an elle rentre au Lycée), on cherche à connaître, à savoir ce que vivent les autres, à vouloir se confronter à des histoires plus rudes. Bref, j'avais oublié ce livre. Puis, il y a quelques semaines, nous avons regardé un film toutes les deux (Speak avec Kristen Stewart) et elle m'a dit au cours du visionnage reconnaître un livre qu'elle avait lu. Bon, j'ai pensé à un autre titre qu'elle avait emprunté en bibliothèque. J'ai repris dernièrement Vous parler de ça... et surprise ! Vous l'aurez compris, j'ai reconnu le film à mon tour. Bref, tout cela pour vous dire que de ce roman existe donc une adaptation cinématographique, plutôt fidèle. Et que surtout le parcours de cette jeune fille, qui cache un secret qui la ronge de l'intérieur, est assez intéressant. J'ai été forcément un peu polluée par les images vues précédemment, ce que je savais déjà de l'histoire, mais "La belle colère" est véritablement une collection bien intéressante, une intelligente collection pour Ados et grandes personnes.
    ↓

critique par Antigone




* * *



Iintelligent et sensible
Note :

   "Une Melinda apaisée que je n'ai pas vue depuis des mois. Voilà la graine dont je vais prendre soin."
   

   Dès le premier jour de son entrée en Seconde, Melinda comprend qu'elle est devenue une paria, une loser. Ses anciennes amies l'évitent soigneusement et ce n'est pas un hasard si on la bouscule dans les couloirs du lycée.
   
   L'origine de cette situation, nous l'apprendrons par petites touches, et ne connaîtrons le nom de la personne responsable qu'à la moitié du récit que nous en fait Melinda. Choisissant de se couper des autres, y compris de ses parents, Melinda devient quasiment mutique et, à l'exception d' un prof d'art atypique qui, mine de rien, la pousse à exprimer ses émotions, cela dans l'indifférence quasi générale.
   
   Les adultes ne s'intéressent qu'à ses notes, à son comportement asocial, voire à son habillement (lui aussi noté !) mais ne cherchent pas à comprendre pourquoi les mots restent la plupart du temps obstrués dans sa gorge.
   
   Cette superficialité contraste avec la souffrance de Melinda qui va peu à peu , au fur et à mesure de l'année, imperceptiblement reprendre le dessus et ce d’une manière originale et évitant tout à la fois le pathos et les clichés. On ressent beaucoup d'empathie pour cette très jeune fille qui parviendra à trouver enfin les mots, dans un but altruiste.
   
   Nous sommes ici en présence d'un roman intelligent et sensible, abordant de manière délicate et efficace à la fois un problème auquel beaucoup de jeunes filles risquent d'être confrontées.

critique par Cathulu




* * *