Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le coup du père François de San-Antonio

San-Antonio
  La rate au court-bouillon
  San-Antonio chez les Macs
  Les doigts dans le nez (San-Antonio)
  J’ai bien l’honneur de vous buter
  Le gala des emplumés
  Vas-y Béru !
  Le coup du père François

San-Antonio est le pseudonyme sous lequel Frédéric Dard a publié sa série de romans policiers mettant en scène le commissaire du même nom.

Le coup du père François - San-Antonio

Avanie en Alabanie
Note :

   Ne cherchez pas sur une carte l’Alabanie, ce pays est une création de l’esprit plein de malice de Frédéric Dard. La principale ressource de ce pays ensoleillé est le cactus, donc cette histoire ne manquera pas de piquant !
   Mais il s’en passe des choses dans les locaux de son consulat de Paris. Et événement pas très net en plus !
   
   Lorsque Maupy, dit Morpion, ancien professeur de San Antonio le contacte pour lui signaler que son appartement a été visité pendant son absence, le commissaire se déplace, plus par politesse que par conviction ! Et pourtant…
   De ce petit nid de solitude, des coups de feu ont été tirés sur le consulat d’Alabanie, situé juste en face ! Pas de plainte et les vitres n’ont pas été remplacées. Etrange autant que bizarre !
   
   Pinaud se fait passer pour vitrier (il aurait été difficile de confier ce rôle à Béru, même en costume à carreaux !). En plein labeur, il tombe, mais en réchappe ! Crime ou accident ? Surtout que peu de temps après, son voisin de chambre à l’hôpital est abattu ! Trop de coïncidences nuisent parfois ! La vie tient à peu de choses, une charmante infirmière se trompe d’un chiffre et un quidam qui ne demandait rien à personne est criblé de balles. Pinaud, tu as du pot !
   
   Alors Béru, le valeureux, vole (pas haut je le concède) au secours de son inestimable collègue ! D’ailleurs de quel droit l’estimerions-nous ! L’incomparable S.A. n’est pas en reste. Alabaniens, tenez-vous bien ! La fine fleur de la police française est à vos trousses.
   
   Une visite nocturne et sans autorisation permet au preux S.A. de faire une découverte qui le laisse sans voix. Enfin pour un moment, une demande de visa pour l’Alabanie avec la photo de Pinuche (surnom ou diminutif amical de Pinaud). Qui aurait dans l’idée d’aller passer ses vacances dans ce pays accueillant comme une porte de prison, dans le sens de l’entrée ? Mais, et c’est le moins que l’on puisse dire, la visite du beau S.A. au consulat ne plaît pas à tout le monde.
   
   On retrouve ici comme ailleurs les principaux personnages récurrents de la série, je ne vais donc pas les renommer. Ils tiennent leurs rôles avec honneur et bravoure. Fermez le ban.
   
   Peut- être un peu moins d’humour potache, et une enquête plus solide que dans certains textes. Une lecture agréable et un coup de jeune au passage.
   Donc je ne boude pas mon plaisir.
   
   Extraits :
   - Je sors, heureux de respirer l'air léger de Panam après m'être farci l'atmosphère confinée de Morpion's house.
   
   - Je m'apprête à quitter mon poste d'observation lorsque quelque chose me fait tiquer. Je m'abstiens de vous dire ce dont il s'agit, toujours soucieux de ménager mes effets.
   
   - J'ai du doigté, toutes les dames t'en causeront.
   
   - Conclusion ? répète-t-il de sa voix pareille à une allumette rebelle qui dit crotte à son grattoir.
   
   - Elle me refile un sourire que je voudrais pouvoir vous offrir à tous pour vos étrennes.
   
   - La vie est un mal dont on a parfois de la peine à guérir.
   
   - Ma boutade doit d'être de Dijon car elle lui monte au naze.

critique par Eireann Yvon




* * *