Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Piéton de Paris de Léon-Paul Fargue

Léon-Paul Fargue
  Le Piéton de Paris

Le Piéton de Paris - Léon-Paul Fargue

Référence incontournable
Note :

    Tout auteur se mettant en tête d'écrire sur Paris se voit un jour ou l'autre renvoyé à Léon-Paul Fargue et à ce Piéton de Paris qui est devenu la périphrase par laquelle on le désigne immanquablement. Avant cela, Fargue avait publié, un peu dans le même esprit, D'après Paris, que l'on retrouve aussi dans ce volume à la suite du Piéton. Fargue, que l'on ne lit plus guère comme poète, est resté à la postérité par ces chroniques parisiennes qui sont le fruit de ses déambulations.
   
   Le Paris d'avant-guerre est traité sur le plan géographique (en commençant par le quartier de la gare de l'Est, préféré de et habité par l'auteur, "quartier de poètes et de locomotives" comme il le dira souvent) ou thématique (les cafés, les hôtels...) dans une langue toujours agile et pleine de trouvailles : on croise ici "un ténor de plate-forme d'autobus", là une dame "d'une bêtise de fraises à la crème". La promenade donne lieu, on s'y attendait, à une certaine nostalgie, à une vision un peu désenchantée de ce que la ville est en train de devenir, notamment avec le déplacement artistique de Montmartre à Montparnasse. On préfère Fargue quand il cesse de s'apitoyer et se transforme en précieux guide sur l'histoire du Jardin des Plantes ou sur la vie dans les palaces. Beaucoup de personnes traversent ce livre, Fargue ayant connu le Tout-Paris de l'époque. Peu de portraits cependant, mais le rappel d'amitiés solides avec Jarry et Charles-Louis Philippe. Le plus souvent, l'auteur se contente de citer des noms, parfois en ribambelle, et c'est dans une de celles-ci que l'on trouve celui de Régine Flory qui fut, ne l'oublions pas, la première tentatrice de celui qui croyait alors - en 1925 - devenir l'abbé Gengenbach.
   
   
    Vocabulaire. J'apprends l'adjectif "alliciant", qui signifie, en parlant d'une femme ou de ses attraits, "séducteur, attirant". Le TLF nous propose un extrait de poème de Jean Richepin qui évoque les "seins alliciants" de la mer. Diable.

critique par P.Didion




* * *