Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La guerre est une ruse de Frédéric Paulin

Frédéric Paulin
  La Dignité des psychopathes
  La Grande peur du petit blanc
  La guerre est une ruse

Né en 1972 Frédéric Paulin vit à Rennes. Fondateur du journal satirique "Le Clébard à sa mémère", il a publié, en 2009, un premier roman remarqué : "La Grande Déglingue".
( Source éditeur)

La guerre est une ruse - Frédéric Paulin

1992 en Algérie
Note :

   Rentrée littéraire 2018
   
   1992. Depuis les élections qui ont permis la victoire des islamistes en Algérie, les militaires ont pris le pouvoir et chassé les islamistes qui se regroupent et luttent avec leurs armes : attentats, enlèvements et meurtres d'étrangers. La sauvagerie est des deux bords, les militaires pratiquant la torture pour obtenir des informations qui leur permettraient de supprimer leurs ennemis. C'est au cours d'un interrogatoire très musclé que Tedj Benlazar, agent français de la DGSE en poste à Alger, apprend que les liens entre les deux ennemis ne sont peut-être pas aussi clairs qu'il n'y paraît. Dès lors, il tente de comprendre la situation, mais très vite sa vie semble en danger.
   
   Voilà un roman comme je les aime. Totalement ancré dans une époque historique dure et violente et dans laquelle il est parfois difficile de déterminer qui sont les bons et les méchants si tant est que l'on puisse être aussi manichéen. Les bons infiltrent les méchants et vice-versa, chacun ensuite doit donner des gages de confiance en faisant preuve de violence.
   
   Je ne cache pas un certain bémol venant du fait d'un nombre incalculable d'intervenants, des noms difficiles à retenir, tant dans les personnages fictifs que réels, qui m'a perturbé au moins au début du livre. Puis, le pli pris, je me suis fait happer par cette histoire. Frédéric Paulin est pointilleux, méticuleux et son roman fourmille de détails, d'événements, d'informations qui peuvent submerger le lecteur tout en permettant de se plonger totalement dans la période. Sans doute un peu long parfois, ce roman se lit néanmoins avec avidité et les personnages fictifs, Tedj Benlazar en tête ajoutent une dimension romanesque, un suspense quasi insoutenable, puisqu'on s'attache à eux et que l'on veut savoir si et comment ils se sortiront de ce nid de serpents.
   
   Pfff, je suis encore tout étourdi de ma lecture passionnante et étourdissante. Frédéric Paulin sait où nous mener et même si l'on connaît l'histoire des relations franco-algériennes à cette époque, ce que provoqueront les islamistes dans ces deux pays, il parvient à jouer avec nos nerfs. Sûrement bien documenté, il met en scène des personnages réels qui ont pu jouer des rôles obscurs, qui ont eu des relations douteuses. Tout cela passe par les yeux de ses créations et dans l'appellation de "roman" qui permet de s'évader un peu de la vérité, mais on sent qu'il maîtrise son sujet et que rien n'est dit ni mis dans la bouche d'un personnage par hasard.
   
   Magistral, ambitieux, un polar ou roman noir d'espionnage à ne pas rater qui commence pourtant paisiblement, mais ça ne durera pas :
   "Depuis la mosquée Émir-Abdelkader encore en chantier, le muezzin appelle au dhuhr, la prière de midi. Constantine s'apaise sous le soleil, les rues se vident, c'est comme si la ville reprenait son souffle. Là-bas, le Français est assis à la terrasse du petit café face à l'université Mentouri. Comme d'habitude. Il sirote un lekhchef, comme d'habitude." (p.9)

critique par Yv




* * *