Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Valet de pique de Joyce Carol Oates

Joyce Carol Oates
  Un amour noir
  Johnny Blues
  Viol. Une histoire d’amour
  Les chutes
  La fille tatouée
  Je vous emmène
  Délicieuses pourritures
  Hantises
  Zombi
  Blonde
  Nous étions les Mulvaney
  Eux
  Fille noire, fille blanche
  La Fille du fossoyeur
  Reflets en eau trouble
  Mère disparue
  Folles Nuits
  Solstice
  Confessions d’un gang de filles
  Journal 1973 - 1982
  Vous ne me connaissez pas
  Les mystères de Winterthurn
  Les Femelles
  Petit oiseau du ciel
  Bellefleur
  Marya, une vie
  Le Musée du Dr Moses
  Mudwoman
  Le Mystérieux Mr Kidder
  Carthage
  Terres amères
  Sacrifice
  Paysage perdu
  Valet de pique
  Le triomphe du singe-araignée

Joyce Carol Oates est une poétesse et romancière américaine née le 16 juin 1938 à Lockport (État de New York).

Joyce Carol Oates a commencé à écrire dès l'âge de quatorze ans.

Elle enseigne la littérature à l'université de Princeton où elle vit avec son époux qui dirige une revue littéraire, la Ontario Review.

Depuis 1964, elle publie des romans, des essais, des nouvelles et de la poésie. Au total plus de soixante-dix titres. Elle a aussi écrit plusieurs romans policiers sous les pseudonymes de
Rosamond Smith et de Lauren Kelly. Elle s'intéresse aussi à la boxe.

Son roman "Blonde" inspiré de la vie de Marilyn Monroe est publié pratiquement dans le monde entier et lui a valu les éloges unanimes de la critique internationale. Elle a figuré deux fois parmi les finalistes du Prix Nobel de littérature."
(Wikipedia)

Valet de pique - Joyce Carol Oates

Docteur Oates et Mr King
Note :

   Titre original : Jack of spades
   
   Andrew J. Rush est un auteur heureux : ses romans se vendent bien, il vit de sa plume, et sa belle et grande maison du New Jersey accueille le joli bureau où il écrit. Marié, il a deux grands fils et une fille. Bref, tout baigne (en apparence)
    Mais un autre auteur se cache en lui, à l'insu de sa famille : le Valet de Pique, c'est lui, et sous ce nom il écrit des romans noirs et violents (les deux premières pages du roman sont à mon avis un excellent exemple de cette prose à vous donner des cauchemars).
   
    "Les romans du Valet de pique se terminaient de façon plus cruelle, parce que plus primitifs. Le mal y était trop débordant pour que tout pût être proprement nettoyé et, généralement, tout le monde mourait ou, plutôt, était tué. Je n'avais souvent aucune idée de la façon dont se terminerait un roman du Valet de pique avant l'ultime chapitre, qui m'arrivait dessus tel un véhicule fou; les romans d'Andrew J. Rush étaient des modèles de clarté, charpentés avec soin des mois à l'avance, et surprenant rarement leur auteur."
   

    Sa fille retrouve des éléments biographiques dans un roman du Valet de pique; sa femme, au départ douée pour l'écriture, est devenue femme au foyer et conseillère littéraire de son mari, délaissant un parcours possible d'écrivain. Andrew J. Rush est accusé de plagiat par une femme du voisinage.
   
    Voilà du prometteur, et je m'attendais plutôt que Joyce Carol Oates nous donne un chouette roman sur la vie d'un auteur.
   
    Las! le côté Docteur Jekyll et Mr Hyde a pris le dessus dans l'histoire, avec des injonctions de plus en plus prégnantes du Valet de pique dans la tête de Andrew J. Rush. Au départ assez velléitaire et bien gentil sans plus, ayant l'art de ne pas écouter les conseils et de délaisser le bon sens le plus élémentaire (oui, je sais, le Valet de pique le tanne!), le romancier se lance dans des aventures borderline et apparaît franchement peu sympathique (tant pis pour l'explication venue de son passé).
   
    De multiples occurrences du nom de Stephen King (et aussi quelques avis sur Goodreads) m'ont donné une piste d'hommage à cet auteur là de la part de Joyce Carol Oates; le problème est que je ne lis pas Stephen King donc ne peux juger de la réussite du projet. Pour le malaise créé, c'est gagné, pour le roman qui se lit d'un coup sans le lâcher, c'est gagné aussi, je l'avoue honnêtement! Mais les trucs non expliqués me laissent dubitative, qu'en est-il de ces plagiats (manuscrits et livres retrouvés?), il y avait une explication que j'attendais.
   
    Les fans de JCO et Stephen King devraient se régaler!

critique par Keisha




* * *