Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

E comme: le Perroquet de Espé

Espé
  E comme: le Perroquet

E comme: le Perroquet - Espé

Maman schizo...
Note :

   "… J"ai compris que j'allais passer une semaine de plus dans ce monde imaginaire... loin de la maladie de maman."
   
   "Marie souffre de troubles bipolaires à tendance schizophrénique !!!"
, tel est le diagnostic posé par les spécialistes. Des troubles qui l'obligent à fréquenter des établissements psychiatriques, séjours qui l’éloignent de son fils Bastien.
   
   Dans cette BD autofictionnelle, l'auteur, Espé, a choisi de se replonger dans ses souvenirs d'enfance, de nous faire partager sa vision de la maladie de sa mère. Une maladie qui peut faire basculer cette jeune femme d'un instant à l'autre dans une crise d'une violence extrême. La violence, on la ressent aussi dans l'incompréhension de certains proches, le grand-père maternel en particulier, dans ce que croit comprendre l'enfant doté d'une imagination débordante, mais aussi dans l'extrême pauvreté de certains services hospitaliers (murs lépreux, meubles vissés au sol...).
   
   Le rouge orangé flamboie dans toutes les cases associées à ces crises soudaines, le gris bleuté, l'ocre étant réservés aux scènes plus neutres, tandis que le vert baigne les rares instants de calme et de bonheur partagés avec cette mère trop souvent tourmentée.
   
   La seule porte de sortie pour le narrateur, confronté à des scènes ou des propos qu'un enfant ne devrait pas connaître, est le monde imaginaire qu'il s'est créé et dans lequel sa mère est devenue une super héroïne.
   
   Le dessin est d'une rare puissance, s'attachant parfois aux détails, mais explosant surtout de cette souffrance maternelle.
   
   Quant au perroquet qui donne son titre à l’œuvre, aussi moche et rudimentaire soit-il, c'est le un magnifique témoignage d'amour et de transmission.
   
   Une œuvre poignante et forte, brisant les tabous, qui file directement sur l'étagère des indispensables !

critique par Cathulu




* * *