Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Miss Sarajevo de Ingrid Thobois

Ingrid Thobois
  Sollicciano
  Miss Sarajevo

Née en 1980 à Rouen, Ingrid Thobois est romancière et grande voyageuse. Depuis le début des années 2000, elle aura enseigné le français en Afghanistan, réalisé divers reportages en Iran et en Haïti et participé à des missions de développement et d’observation électorale en Indonésie, RDC, Moldavie, Azerbaïdjan, Géorgie, Kazakhstan…
(Source éditeur)

Miss Sarajevo - Ingrid Thobois

Deuil, famille et mémoire
Note :

   Rentrée littéraire 2018
   
   Ceux qui me suivent sur Instagram savent que j’ai eu un coup de cœur (et un coup au cœur) pour la ville de Sarajevo et la Bosnie quand je l’ai visitée (un peu par hasard) lors de mon road trip en Europe centrale en septembre dernier. Du coup, quand j’ai vu ce titre, je n’ai pas résisté un instant (je l’ai même commandé outremer parce que je ne pouvais pas attendre), je l’ai dévoré, et j’ai eu un coup de cœur!
   
   C’est donc l’histoire de Joaquim, 44 ans. Il est grand reporter et photographe de guerre, il a fait son premier terrain à Sarajevo, pendant la guerre, lors de la fameuse élection de Miss Sarajevo. Il y était allé presque sur un coup de tête, parce que Ludmilla, son amante, venant de là, cherchant peut-être la mort, ou l’oubli de l’événement qui a bouleversé la famille. En effet, sa sœur Viviane s’est défenestrée alors qu’elle allait avoir 16 ans. L’esprit de sa mère n’a pas survécu. Et lui… lui, il tente de survivre, avec ses angoisses et ses névroses.
   
   C’est à la mort de son père, qu’il n’a pas vu depuis 22 ans, qu’il prend le train pour Rouen où il a grandi, étouffé dans une maison bourgeoise, maison où il avait juré de ne jamais remettre les pieds. Or voilà, il doit le faire. Et pendant ce voyage, il revisite Sarajevo, où il sera recueilli par une famille alors que la ville est assiégée, que les snipers sont partout. Il repense aussi à sa vie d’enfant et de jeune adulte, à sa sœur Viviane dont il n’a jamais fait le deuil.
   
   Ça aurait pu être une soupe de pathos mais non, loin de là. Chaque mot a sa place et l’auteure sait nous toucher autant par le passage à Sarajevo, la jeunesse que par le présent de Joaquim, qui est en errance et qui va apprendre que la vie et l’espoir peuvent renaître partout, de toutes les cendres. Ça parle de guerre, certes, mais aussi de deuil, de famille et de mémoire. L’image de la photographie utilisée est parfaite et porte à réfléchir tout au long des pages qui se sont lues toutes seules.
   
   J’ai eu le frisson pendant toute la fin du roman. Une plume touchante, un récit émouvant. Je ne sais pas si vous avez déjà vu le reportage sur l’élection de Miss Sarajevo, acte de résistance fort symbolique, mais je vous le conseille, juste pour ouvrir les yeux sur l’aspect humain des guerres et des violences.
   
   Et je vous conseille aussi ce roman, bien entendu!

critique par Karine




* * *