Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Federica Ber de Mark Greene

Mark Greene
  Federica Ber

Federica Ber - Mark Greene

Un brin nostalgique
Note :

   Rentrée littéraire 2018
   
   Je vous présente encore une fois aujourd’hui un roman de rentrée pourvu d’une grâce particulière, dont j’ai particulièrement aimé la musique.
   
    Le narrateur, homme solitaire et anti-héros manifeste, décidé un beau jour à reprendre le chemin du rituel du croissant matinal, accompagné de la lecture du journal, découvre à cette occasion un article qui va immédiatement le passionner et l’interpeller.
   
    En Italie, deux corps ont été retrouvés, attachés l’un à l’autre, un couple d’architectes, connus pour leur réussite fulgurante et leur élégance. Une chute mortelle inexpliquée en montagne, dont une certaine Federica B. aurait été témoin. On recherche activement la jeune femme. Il n’en faut pas plus pour que notre narrateur soit persuadé avoir retrouvé là la fameuse Federica Ber rencontrée vingt ans plus tôt dans Paris. Il avait passé avec elle des moments inoubliables, hors du temps, et surtout une nuit mémorable sur une terrasse sur le toit d’un immeuble. Il se souvient de cette jeune femme que rien n’arrêtait, espiègle et agile, hors norme et séduisante par sa force et sa particularité. Il imagine alors la rencontre du couple d’architectes avec Federica, leur sympathie rapide et réciproque, leur envie de sublimer leur vie. Ou leur mort ? Mais est-ce réellement un suicide ?
   
    J’ai aimé dans ce roman la façon dont Mark Greene a su arrêter le temps, décrire tous ces détails qui forgent les souvenirs et marquent durablement. J’ai aimé n’être sûre de rien, osciller entre le rêve, l’imagination et la réalité, et plonger dans un Paris de la fin des années 80, complètement révolu et transformé. Un roman qui aime les rencontres extravagantes, bousculer les habitudes, mais aussi les êtres solitaires qui naviguent dans la vie au gré du vent. Un roman de rentrée littéraire qui laisse un doux souvenir de lecture, un peu rêveur, un brin nostalgique.
    ↓

critique par Antigone




* * *



S'évader dans les souvenirs...
Note :

    Alors qu'il déguste un croissant en lisant son journal, le narrateur est interpellé par un nom apparaissant dans un fait divers. Celui de Federica Bersaglieri.
   
    Témoin de la mort d'un couple d'architectes dans les Dolomites en Italie, elle est vivement recherchée. Meurtre, suicide, accident ? L'article n'en dit pas plus.
    Et si c'était sa Federica ?
   
    Paris, un été de canicule, vingt ans plus tôt.
   
    Il avait rencontré la jeune femme, d'origine italienne, petite brune pétillante, lui qui était si seul.
    Elle a illuminé sa vie pendant une semaine. C'est la découverte de Paris, les déambulations dans les rues, les cafés pris aux terrasses, les visites aux antiquaires et libraires.
    Lui reviennent de délicieux moments inoubliables, et surtout les nuits de liberté passées sur les toits de Paris, la ville vue d'en haut.
   
    Et puis un jour, Federica est partie, comme ça. La vie a repris comme avant mais jamais pareille.
   
    Muni d'un carnet, les souvenirs affleurent et lui rappellent Federica et il poursuit l'histoire. Il écrit entre rêve et fantasme, la rencontre avec le couple d'architectes, les événements qui se sont déroulés. Il imagine une fin à la mesure de cette jeune femme fantasque et bouillonnante, remplie de lumière.
   
    Dans la suite de cette rentrée littéraire, la découverte de cet auteur est un grand moment de douceur.
    L'écriture est fluide et il émane de ce joli texte une tendre poésie.
   
    J'ai aimé la rencontre magnifiée de deux êtres solitaires, rester en suspension sans être sûr de rien.
    Bousculer le quotidien terne, s'évader dans des échappées belles, et se souvenir de la douce nostalgie de la jeunesse perdue. Profiter. Voilà ce que nous confie le narrateur.
   
    Une belle lecture.

critique par Marie de La page déchirée




* * *