Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Mauvaises eaux de Inger Wolf

Inger Wolf
  Noir septembre
  Mauvaises eaux

Inger Wolf est une auteure danoise de romans policiers, née en 1971.

Mauvaises eaux - Inger Wolf

Commissaire Daniel Trokic
Note :

   Honnêtement, Mauvaises eaux m'a tenue en haleine et je n'ai pas boudé mon plaisir à le lire. Honnêtement, j'ai bien attendu de lire la dernière page pour connaître l'épilogue (oui, j'ai résisté .... en mettant à mal ma curiosité originelle... Il faut bien le reconnaître : l'auteure Inger Wolf est drôlement douée pour scotcher l'attention de son lectorat.) Mais honnêtement, Mauvaises eaux possède quelques invraisemblances qui passent quand même, l'état des vacances n'y est pas étranger !
   
   Deux valises sanguinolentes sont retrouvées sous un tas de caillou. Des disparitions suspectes de charmantes jeunes femmes se précisent. La police est sur les dents, sommée de résoudre toutes ces équations mortifères et de retrouver un serial killer au système bien rôdé.
   
   Inger Wolf nous berne jusqu'au bout : avec ingéniosité, elle réussit à nous faire vivre le noir total d'une enquête qui part dans tous les sens. Le commissaire Daniel Trokic (peu enthousiaste de son nouveau statut administratif) est à cran : entre ses amours indécises avec une charmante concubine plutôt jeunette et cette intrigue qui balade son équipe et lui-même à travers champs, mine, cultures (animalières et traditions) et pays étranger, il a de quoi devenir chèvre. Mais c'est mal connaître, la bestiole : teigneuse et motivée, qui ne lâche pas sa proie comme d'autres de ses copines, plus petites mais tout aussi efficaces.
   
   L'écriture est stylée et soignée, il n'y a pas de dialogues inutiles. La danoise Inger Wolf ne tombe jamais dans le gore et nous épargne la description d'atrocités (et pourtant, certaines scènes auraient pu s'y prêter largement). Le rythme est alerte grâce à la variété des protagonistes (les flics - Daniel, Jasper, Lisa -, puis les victimes avant le trépas et enfin, une petite part au "tordu"). Mauvaises eaux est un page-turner efficace et bien documenté, alliant psychologie et zoologie, hacker et enfance torturée. Inger Wolf glisse un léger clin d’œil au Silence des agneaux lors de l'évocation du modus operandi pour approcher et berner les victimes. A apprécier malgré la noirceur... normal pour un polar !

critique par Philisine Cave




* * *