Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Bondrée de Andrée A. Michaud

Andrée A. Michaud
  Bondrée
  Rivière tremblante

Bondrée - Andrée A. Michaud

Un roman immersif
Note :

   J’ai ce roman depuis un bon moment et je ne le prenais pas. C’est après avoir reçu un autre roman de l’auteur que j’ai décidé de prendre celui-là, même si les deux livres n’ont aucun espèce de lien. Il faut pas chercher à comprendre des fois…
   
   "Bondrée", c’est une parenthèse à la fois nostalgique et angoissante qui nous amène à Bondrée, en plein été 1967. Au Québec, le monde change. C’est l’expo, les jupes raccourcissent et les filles s’émancipent. Bondrée, c’est le coin qui entoure Boundary Lake, à la frontière du Canada et des États-Unis. Comme souvent ici, Boundary est devenu Bondrée en français, déformé par Pete Landry, trappeur pour échapper à la guerre n’y connaissant pas grand chose en anglais. Petit à petit, une communauté estivale s’y est installée, poussant Landry plus loin dans le bois et chaque été, anglophones et francophones se côtoient dans cet endroit au bout du monde, dont les enfants ont fait leur univers tandis que leurs mères les observent de leur cuisine.
   
   Parmi ses enfants, Andrée, 12 ans, est elle aussi à la frontière de deux mondes. Le monde magique de l’enfance va commencer à s’effriter le jour où Zaza Mulligan, you know, that kind of girl, est retrouvée dans le bois, la jambe prise dans un piège à ours. Va s’ensuivre un huis-clos dans Bondrée qui est un personnage en soi.
   
   C’est un roman d’atmosphère, très "vivid" (oui, moi aussi je mélange français et anglais, comme dans le roman), sans dialogue. Pour ma part, j’ai été envoûtée par cette ambiance et très touchée par le regard d’Andrée qui perd peu à peu de sa naïveté mais dans lequel on ressent cette exaltation, cette nostalgie des étés d’antan.
   
   Un très beau portrait de cette communauté estivale qui se côtoyaient jusque là sans réellement se connaître ni même se parler. C’est un peu oppressant et, comme les adultes, nous sommes impuissants face aux événements qui prennent toute la place et modifient la vie de l’endroit. D’un autre côté, nous avons Stan Michaud, l’inspecteur, qui accumule les indices et qui tente de comprendre le pourquoi, le qui et le comment. Ça le ronge, en fait. Il y a des ces cas qui lui reviennent sans cesse et il craint que celui-ci en fasse partie.
   
   Un roman immersif, envoûtant, qui avance lentement, presque avec langueur, une très belle écriture, qui va de phrases punchées aux moments poétiques… et j’ai vraiment beaucoup aimé. Même si, as usual… I knew. Je m’énerve moi-même, si vous saviez!
   ↓

critique par Karine




* * *



Fantôme or not ?
Note :

   "Ces filles l'avaient cherché, voilà ce que la plupart des gens ne pouvaient s'empêcher de penser, et ces pensées soulevaient en eux une espèce de repentir gluant qui leur donnait envie de se battre à coups de poing, de se gifler jusqu'au sang, car ces filles étaient mortes, bon dieu, dead, fort Christ's sake, et personne, pas plus elles que les autres, ne méritait la fin qu'on leur avait réservée".
   

   Une forêt, un lac, des chalets de vacances, deux filles un peu trop libres, un tueur : voilà tous les ingrédients qui font de ce roman un excellent polar. Ajoutez-y la savoureuse langue québécoise pour pimenter le tout et vous comprendrez pourquoi je l'ai dévoré.
   
   Reprenons un peu l'histoire. Bondrée est un lieu de villégiature où se retrouvent chaque été des familles québécoises et américaines. Zara Mulligan et Sissy Morgan sont deux adolescentes inséparables qui font les folles, boivent plus que de raison et sont regardées avec une certaine envie par les plus jeunes.
   
   Le lieu garde en mémoire l'histoire d'un trappeur solitaire, Landry qui posait des pièges dans la forêt et a fini par se pendre. Lorsque l'on retrouve Zara morte, la jambe prise dans un piège, le fantôme de Landry est aussitôt convoqué et la petite communauté s'affole.
   
   L'inspecteur Stan Michaud et son adjoint, après une courte enquête, ne peuvent que conclure à un accident, faute d'éléments concrets. Mais l'inspecteur est suffisamment aguerri pour ne pas être tranquille et redouter une suite... qui surviendra lorsque Sissy Morgan est retrouvée à son tour dans la forêt, la jambe prise dans un piège similaire. Le doute n'est plus permis, un tueur est parmi eux.
   
   J'ai à peu près tout aimé dans ce polar, l'ambiance, les évènements qui s'enchaînent, la personnalité de l'inspecteur Michaud, en fin de carrière, usé par des affaires "boomerang" qu'il n'arrive pas oublier et les filles bien sûr. L'histoire est racontée en partie par Andrée Duchamp, petite ado qui voit les adultes autour d'elle changer, se comporter bizarrement et qui aimerait bien y mêler son grain de sel.
   
   Un seul bémol, les phrases en anglais non traduites, c'est très agaçant. L'éditeur doit partir de l'a-priori que 100 % de la population française parle anglais couramment. Désolée, ce n'est pas le cas.
   
   Pas de quoi cependant vous priver d'un roman aussi réussi.

critique par Aifelle




* * *