Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La dent du serpent de Craig Johnson

Craig Johnson
  Little Bird
  Dark horse
  Enfants de poussière
  Le camp des morts
  Molosses
  L'indien blanc
  Tous les démons sont ici
  A vol d’oiseau
  La dent du serpent

Craig Johnson est un auteur de romans policiers américain né en 1961.

La dent du serpent - Craig Johnson

Longmire
Note :

   Je l’oublie parfois Longmire mais quand je le retrouve, bonheur total.
   
   Dans la maison de Barbara sévit un lutin. Elle laisse une liste des choses à réaliser dans la maison. Quand elle revient tout est en ordre et l’assiette laissée avec les gâteaux bien en évidence est dévorée.
   
   Longmire lui ne croit pas aux fantômes alors il organise la planque avec son équipière Vic qui est devenue non sa compagne mais sa maitresse.
   
   Le lutin est un jeune garçon qui s’empresse de s’enfuir après avoir boxé le nez de Vic.
   
   Mais Longmire a la dent dure et retrouve le jeune garçon, par pur hasard avouons-le.
   
   Ledit gamin a peur et récite des versets de la bible. Apparemment il fait partie des mormons. Disons plutôt d’une secte des mormons. Secte qui se dissémine dans beaucoup d’Etats avoisinants apparemment. Secte dont le camp est fermé par des grillages et cerné de miradors. Etrange.
   
   Après quelques tentatives de fuite, le gamin décide de rester calme et de travailler pour la communauté. Fait surprenant, il ne sait pas ce que c’est qu’une tv et il se prend d’amour pour le film "Mon amie Flycka". Pour ceux qui ne connaissent pas cette série, Flycka est un cheval.
   
   Bon Longmire, au travail, faut démêler tout cela !
   
   Dans ce nouveau roman, on retrouve bien entendu l’Ours ami de toujours de Longmire, Vic la râleuse, un homme étrange qui prétend qu’il est un homme mort il y a deux cent ans, une maman introuvable, toute une famille vivant dans des sectes, du pétrole, des poursuites, des fusils, du feu, un poignard. Et Longmire toujours aussi loquace et sentimental.

critique par Winnie




* * *