Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'ange de l’abîme de Pierre Bordage

Pierre Bordage
  L'ange de l’abîme
  Dès 11 ans: Ceux qui sauront
  La fraternité du Panca
  L'arcane sans nom
  Mort d'un clone
  Les dames blanches

Pierre Bordage est un auteur français, principalement de science-fiction, né en 1955.

L'ange de l’abîme - Pierre Bordage

Une Europe enlisée
Note :

   Dans une Europe ruinée, enlisée dans une véritable guerre de religion contre un Moyen-Orient unifié, une dictature religieuse fait plier sous son joug des populations exsangues, veules ou fanatiques. Deux adolescents vont partir à la recherche du mystérieux Archange Gabriel responsable de ce basculement.
   
   Je ne peux pas dire que j'ai aimé, je ne peux pas dire que je n'ai pas aimé. La politique fiction est magistrale: crédible et glaçante. Bordage s'appuie sur des mouvements qui sont perceptibles (construction européenne, "tensions" au Moyen-Orient, etc) et sur des tractations et manipulations géopolitiques dont on trouve assez facilement des exemples. Sa description de la bêtise humaine est tellement percutante et véridique que l'on ne peut s'empêcher de se dire que finalement, tout cela est bel et bien possible. Ce qui est intéressant, c'est que l'alternance de points de vue de personnages différents et quasiment sans liens les uns avec les autres permet de dresser un tableau assez complet de cette Europe totalitaire dans tous ses aspects politiques, religieux et sociaux.
   
   Ce qui m'a déplu par contre, c'est sa tendance à sombrer dans le sordide. Pas de scènes de torture sanglante, mais des meurtres, beaucoup de meurtres. Notez d'ailleurs que je ne classe pas les scènes concentrationnaires dans la catégorie du sordide, estimant qu'elles rappellent quelques vérités toujours bonnes à entendre.
   
   Je suis loin d'être une prude oie blanche, mais je trouve que Pierre Bordage en rajoute quelques louchées de trop dans le sexuel. Bien sûr que les vertus prônées par un régime catholique intégriste comprennent un contrôle de la vie sexuelle qui conduit à la frustration. Mais entre les viols, la prostitution et les personnages qui ne semblent pas pouvoir se passer deux pages de penser à la bagatelle... C'est fatiguant en plus de ne rien apporter de plus à une histoire déjà suffisamment dense.
   
   J'ai aussi trouvé qu'il en faisait trop dans le registre de l'argot djeuns des deux héros principaux, et dans son réquisitoire sans nuance des religions. Réquisitoire assez amusant tant on le sent attiré par les principes des religions (ou philosophie, cela dépend du point de vue) asiatiques.
   Bref, intéressant mais pas indispensable. On se contentera avec profit de ses oeuvres purement SF.

critique par Chiffonnette




* * *