Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dès 07 ans: La Poule au Bois Dormant de Christian Jolibois

Christian Jolibois
  Dès 07 ans: La petite poule qui voulait voir la mer
  Dès 06 ans: Les p’tites poules sur l’île de Toutégratos
  Dès 07 ans: La Poule au Bois Dormant

Dès 07 ans: La Poule au Bois Dormant - Christian Jolibois

Lisez-les tous !
Note :

    Illustré par Christian Heinrich
   
   Les P’tites Poules et moi, c’est une vieille histoire d’amour. J’en ai d’ailleurs parlé ici. Du coup, quand Martine, de chez Interforum, m’a spécifié qu’il y avait une dédicace des P’tites Poules, je n’ai pas hésité, comme vous pouvez vous l’imaginer.
   
   Dans ce tome, Carmelito, Carmen et Bellino vont voir leur Coq-Papi qui est crieur en ville. Ils arrivent dans une magnifique ville médiévale, où tout est différent… et où tout fait très peur à Bellino pour qui les parchemins en peau de mouton n’augurent rien de bon. À leur arrivée, ils apprennent que la princesse de la ville est endormie depuis 100 ans… et qu’il y a un grand concours pour chevaliers, qui veulent réveiller la princesse à coups de cocorico tonitruants!
   
   J’ai encore une fois beaucoup aimé ce tome. C’est encore une fois plein de références qui plairont aux adultes (ma favorite étant "papy libéré!"… juste y penser et je ris encore) et d’images truffée de détails parfois adorables, parfois hilarants. Les expressions faciales des personnages valent 100 piastres!
   
   Les auteurs jouent encore une fois avec les codes des contes classiques, ma nièce se roulait par terre à la fin tellement elle trouvait ça drôle! Selon elle, c’est chouette être une princesse. Elle a adoré deviner ce qui allait arriver à l’aide des images et m’a demandé un "voyage en Moyen-Âge" pour son cadeau de 18 ans. Je pense qu’elle ne réalise pas que c’est dans p’tit bout de temps et qu’elle a le temps de changer d’idée!
   
   Allez… il FAUT lire les P’tites Poules!

critique par Karine




* * *