Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Une chaumière et un meurtre de Fred Kassak

Fred Kassak
  Savant à livrer le...
  On n'enterre pas le dimanche
  Une chaumière et un meurtre

Fred Kassak, est le nom de plume de Pierre Humblot, scénariste et romancier français né à Paris en 1928 et mort le 12 avril 2018.

Une chaumière et un meurtre - Fred Kassak

Viens dans mon joli pavillon...
Note :

   Il n'est guère aisé de travailler dans une ambiance dans laquelle le bruit est roi.
   
   C'est ce que déplore Lionel Fribourg, égyptologue distingué, qui aimerait pouvoir écrire un mémoire sur les religions de l'Egypte ancienne d'après les tonnes de notes qui s'entassent dans un appartement exigu et réceptif à toutes sortes de sons discordants, cacophoniques et assourdissants.
   
   Un mémoire qui lui entrouvrirait les portes du Collège de France et lui apporterait la consécration, et peut-être l'opulence.
   
   Une rencontre inopinée avec Agnès, jeune femme naïve, très naïve, pour ne pas dire plus, lui fait miroiter ce qu'il n'osait plus espérer : un havre de paix dans un pavillon de banlieue.
   
   Ah le calme, la tranquillité !
   
   C'est sans compter sur le destin malin qui semble jouer comme au ludion inaccessible avec ce pavillon tentateur.
   
   Fred Kassak est un auteur de roman policiers et romans noirs et, outre une ingéniosité perverse dans ses intrigues, il allie à une trame solide une écriture humoristique très travaillée, proche de celle de Wodehouse ou de Dickens dans les Papiers Posthumes de Monsieur Pickwick ou encore Charles Exbrayat.
   
   L'humour est présent d'une façon sobre, apparemment facile, excluant toute vulgarité. C'est un humour axé sur le descriptif et la situation des personnages.
   
   Ce roman a été adapté en 1963 par Pierre Chenal sous le titre "L'assassin connait la musique". Avec dans les rôles principaux Paul Meurisse, Maria Schell (que j'aime) et Jacques Dufilho.
    ↓

critique par Oncle Paul




* * *



Comédie policière fort réussie !
Note :

   Lionel et Agnès en sont les narrateurs alternatifs : le premier est un "égyptologue "spécialisé dans le déchiffrage des papyrus ; dans son petit appart du 1er arrondissement parisien, près des Halles, le bruit le gêne pour travailler : un plombier zingueur travaille dans un atelier dans la cour de l’immeuble ; une marchande des quatre-saisons crie à tue-tête, les chariots des commerçants des Halles, en pleine effervescence roulent dès potron-minet ; sa fille Marie-José écoute des disques modernes à plein-tube et donne des surboums…
   Agnès est la femme qu’il rencontre à Paris, tout à fait par hasard ; pieuse, récemment veuve, divorcée à la suite de longue séparation de corps, elle apprécie de rencontrer un homme convenable qui s’attache à elle. Mais ce qui intéresse Lionel est son pavillon à Athis Mont, en pleine nature, agréable et silencieux (Pour moi Athis Mont est synonyme d’aéroport, avec avions et touristes … pas forcément silencieux, mais à la fin des années 50 , il faut croire que l’activité y était encore modeste…)
   Lionel fait sa demande en mariage : Agnès n’est pas convaincue : Lionel est prévenant, mais il n’aime pas "faire la sieste" et n’a pas de charme physique ; en outre sa conversation elle n’y comprend rien ! Heureusement son vieux papa décide de venir habiter avec elle dans son pavillon… mais Lionel n’aime pas qu’on se pose en obstacle de ses décisions.

critique par Jehanne




* * *