Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le second livre de la jungle de Joseph Rudyard Kipling

Joseph Rudyard Kipling
  Dès 05 ans: Histoires comme ça
  Dès 07 ans: Mowgli
  Kim
  L'histoire des Gadsby
  Stalky et cie
  La plus belle histoire du monde
  La lumière qui s'éteint
  Puck lutin de la montagne
  Sous les déodars
  Les bâtisseurs de ponts
  Nouveaux contes des collines
  L’homme qui voulut être roi
  Dès 08 ans: Histoires comme ça
  Le livre de jungle
  Le second livre de la jungle

AUTEUR DES MOIS D'AVRIL & MAI 2018

Rudyard Kipling est un écrivain britannique né à Bombay le 30 décembre 1865 et mort à Londres, le 18 janvier 1936.

Son père était artiste, enseignant da'rt et fut conservateur de musée à Lahore où la famille s'était installée et où Rudyard vécut jusqu'à ses 6 ans.

Pour qu'il reçoive une éducation européenne, il fut ensuite envoyé en Angleterre avec sa sœur Trixie, en pension chez une nourrice. Hélas, il y fut maltraité.

A treize ans, il en fut retiré pour devenir pensionnaire dans un collège du Devon où la vie ne lui fut pas facile non plus.

En 1882, il retourne en Inde pour un petit emploi de journaliste et, en 1886, il publie son premier recueil de poésies, "Departmental Ditties" et commence à écrire de nombreuses nouvelles pour le journal.

En 1889, il quitte le journal et entreprend un voyage de six mois aux Etats Unis, avant de regagner l'Angleterre. Il fera bientôt d'autres grands voyages (Australie, Nouvelle-Zélande, Afrique du sud...)

Il se marie en 1892 et part pour les Etats-Unis où se trouve la famille de son épouse. Ils y resteront jusqu'en 1896, date d'un retour définitif en Grande Bretagne, entrecoupé de grands voyages.

Il est maintenant un écrivain à succès et se voit même attribuer le Prix Nobel en 1907.

Il mourut à l'âge de 70 ans. Son décès ayant été prématurément annoncé par un journal, il leur écrivit : « Je viens de lire que j'étais décédé. N'oubliez pas de me rayer de la liste des abonnés. »

Alberto Manguel a écrit une brève biographie de R. Kipling.

Le second livre de la jungle - Joseph Rudyard Kipling

8 nouvelles
Note :

   Rudyard Kipling n’a pas lâché "Mowgli" après "Le Livre de la jungle" - qui se présentait déjà sous forme de nouvelles – il nous fait suivre son évolution dans ce "second livre de la jungle".
   Sur les huit nouvelles de ce "second livre de la jungle", trois ne concernent pas Mowgli. Evacuons-les :
   "Le miracle de Purun Bhagat" nous laisse toujours en Inde, patrie de jeunesse de Rudyard Kipling et qui l’a tant marqué. Et il n’est donc pas étonnant d’y retrouver les grandes constantes des récits de Kipling : le rapport à la nature, les relations avec les animaux, la mise en avant de la vertu. Purun Dass est, en cette fin du XIXème siècle, un indigène indien, élevé à l’occidentale, et qui devient un Premier Ministre respecté d’un des Etats du Nord-Ouest de la colonie indienne. Au plus haut de sa célébrité et du pouvoir, il renonce, prend le nom de Bhagat en lieu et place de Dass, revêt la robe d’un saint homme, prend l’écuelle et le bâton du mendiant et part jusqu’aux confins de l’Himalaya. Il s’y établit en ermite, ne gardant de relations qu’avec les animaux, qui lui rendront le service de sauver un village...
   "Les croque-morts" également se déroule en Inde. Il met en valeur trois animaux – personnages des plus antipathiques : un "Mugger", crocodile mangeur d’hommes, une grue – Adjudant et un chacal miteux. Unité de temps, de lieu, tout se déroule en quelques heures, sur la berge de la rivière où vit le "Mugger", le mangeur d’hommes. La grue – Adjudant et le chacal, habitués à ramasser les restes du "Mugger" ont un comportement des plus obséquieux et des plus hypocrites vis-à-vis du monstre. Nul n’en est dupe, comme dans la vraie vie, et la fin sera plutôt inattendue, et renforcera encore l’antipathie vis-à-vis des personnages.
   "Quiquern", à l’instar du "Phoque blanc", Kotick, dans "Le livre de la jungle", se déroule dans le Grand – très Grand – Nord. C’est plutôt une histoire d’hommes pour le coup, même si les chiens y jouent un rôle mineur.
   
   Et donc 5 nouvelles qui concernent Mowgli (puisque quand même, dans l’imaginaire collectif, "Livre de la jungle = Mowgli) : "Comment la crainte", "La descente de la jungle", "L’ankus du roi", "Chien rouge" et "La course du printemps".
   Des nouvelles plus crépusculaires que dans "Le livre de la jungle". Peut-être parce qu’il fallait d’abord installer Mowgli dans la jungle, construire le personnage ? Là, Mowgli existe déjà et il arrive à l’âge de jeune adulte, un âge où l’on se pose beaucoup de questions et des questions, justement, Mowgli s’en pose. Je ne connais pas vraiment la version Walt Disney du "Livre de la jungle" mais il me semble que ces épisodes là ne sont pas repris dans cette version Walt Disney.
   Nous avons là des histoires plus graves, où la possibilité de la mort est beaucoup plus présente, où Mowgli est devenu le Maître de la jungle (prédominance de la nature humaine sur la simple nature dans l’esprit de Kipling ?), où il peut être carrément chef de guerre ("Chien rouge") et où le village dont il est issu est condamné par lui, littéralement, condamné et détruit par les animaux de la jungle. Seule, en fait, Messua, sa mère naturelle, trouve grâce à ses yeux. Et le dernier épisode "La course du printemps" nous laisse avec un Mowgli déchiré, sur le point de laisser la jungle de Seeonee pour rejoindre Messua et ses congénères humains. Des nouvelles aussi peu "gnan-gnan" que possible.
   Et puis, disons-le, une très belle écriture d’un auteur manifestement très amoureux de la nature et des animaux, et particulièrement de la prolifique nature indienne (indienne au sens sous-continent indien).
   
   "Dans la Jungle indienne les saisons glissent de l’une à l’autre presque sans transition. Il semble qu’il n’y en ait que deux – la saison des Pluies et la saison sèche – mais, à y regarder attentivement, vous vous apercevez que, sous les torrents de pluie, les nuages de poussière et les verdures torréfiées, on peut les découvrir toutes les quatre se succédant selon leur ordre accoutumé. Le Printemps est la plus merveilleuse, parce que sa besogne n’est pas d’habiller de fleurs nouvelles des champs dépouillés et nus, mais de chasser devant lui, d’écarter un tas de choses à moitié vertes, qui s’attachent, ne veulent pas mourir, et que le doux hiver a laissé vivre, et de faire en sorte que la terre caduque, à demi vêtue, se sente neuve et jeune une fois de plus. Et cette tâche, il l’accomplit si bien qu’il n’est pas de printemps au monde comparable à celui de la Jungle."

critique par Tistou




* * *