Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La machine à explorer le temps de Herbert George Wells

Herbert George Wells
  L'île du docteur Moreau
  La guerre des mondes
  Les premiers hommes dans la Lune
  La machine à explorer le temps
  L'homme invisible
  M. Barnstaple chez les hommes-dieux
  Récits d'anticipation
  Les chefs-d’œuvre de H.G.Wells
  Ados: Un étrange phénomène
  Quand le dormeur s'éveillera
  Les Pirates de la mer et autres nouvelles
  Un rêve d'Armaggedon - La porte dans le mur
  Le Cambriolage d'Hammerpond Park et autres nouvelles extravagantes
  L’histoire de M. Polly
  Recueil bilingue
  Au temps de la comète
  Une tentative d'autobiographie

AUTEUR DES MOIS DE JUIN & JUILLET 2018

Herbert George Wells, plus connu sous la signature H. G. Wells est un écrivain britannique né le 21 septembre 1866 à Bromley dans le Kent, dans une famille très modeste (petits commerçants dont le magasin n'a jamais été rentable)

Herbert George se rebelle violemment contre son destin d'employé de magasin. Il veut une vie plus intéressante et pour cela, se tourne vers les études, que sa famille n'a pas les moyens de lui payer.

Ce sont les études scientifiques qui l''intéressent le plus, et il sera l'élève éperdument admiratif du professeur Thomas Huxley, darwiniste militant et futur grand-père d'Aldous Huxley. Pourtant, ses études tourneront court et c'est sans diplôme qu'il les interrompra.

Parallèlement, il rompt avec toute religion et se passionne pour les thèses socialistes. Il conservera toujours ces idées politiques, se passionnant pour les théories de sociétés idéales. Il était frappé de voir comment les choses étaient mal organisées et rendaient tout le monde malheureux et ne cessa jamais de rechercher les modifications qui rendraient possible un monde meilleur, le but étant que chacun trouve son bonheur. Cela lui semblait très possible.

Après ses études, il trouve un emploi dans un journal où il rédige des nouvelles et des articles de vulgarisation scientifique. Le succès vient très vite et il entreprend bientôt des romans. Dès le premier (The Time Machine, 1895), il connait un succès fulgurant qui ne se démentira jamais. Il est unanimement considéré comme un des pères de la science-fiction. Il fit preuve d'un esprit novateur, d'une grande imagination et sut tirer le meilleur parti de sa culture scientifique.

Wells fut aussi un penseur politique influent, il rédigea de nombreux essais politiques et sociaux. Il fit même de certains des best sellers. Il rencontra et s'entretint aussi bien avec Roosevelt que Staline. Il avait déjà rencontré Lénine, Trostski, Gorki et de nombreux autres. Son humanisme et son ampleur de vue étaient respectés. Mais quand il meurt, le 13 mars 1946 , la deuxième guerre mondiale lui a fait perdre tout espoir d'une amélioration du monde humain.

Joseph Altairac et Laura El Makki lui ont consacré une biographie, et David Lodge, une biographie romancée.

L'œuvre de H.G. Wells étant maintenant libre de droits, vous pouvez la trouver en ebooks gratuits.
Plusieurs liens sont donnés ici, vers le bas de la page.

La machine à explorer le temps - Herbert George Wells

La quatrième dimension
Note :

   Que l'homme puisse trouver un moyen de voyager dans le temps, aussi bien le futur que le passé, est un des concepts de science fiction les plus porteurs. C'est vrai que cela réalise des désirs que l'homme a toujours éprouvés : voir ce qui va arriver ou corriger le passé. Cette trouvaille a fait florès, elle est maintenant dans absolument tous les esprits comme possibilité fictive, et à ce titre, souvent évoquée, même dans les conversations courantes. Mais sait-on que c'est H.G. Wells qui l'a inventée ? Avant lui, il y avait bien eu quelques incursions temporelles par le rêve par exemple , mais il fut le premier à inventer LA Machine qui allait rationaliser et contrôler tout cela.
   
   Il l'avait depuis longtemps, cette idée. Il avait rédigé une première nouvelle d'ailleurs inachevée et publiée dans le journal scolaire, "The chronic Argonauts". Cela tourna donc court, mais Wells tenait à l'idée, aussi la retravailla-t-il à plusieurs reprises durant les années qui suivirent, sans jamais y renoncer... au point d'en rédiger huit versions pour arriver à celle que nous connaissons et qui le projeta tout de suite parmi les maitres de la littérature de SF. Wells démarrait ses "scientific romances".
   
   H.G. Wells était un scientifique. Il a enseigné la biologie et mena une belle carrière de journaliste scientifique. Son apport à la SF a été de lui donner cet air rationnel qui aide l'imagination à presque croire que "c'était possible". Aussi, ici, par exemple, décrit-il sa machine avec une apparence de précision. Nous sommes au 19ème siècle, alors quand il en énumère les matériaux, bois précieux, cristal, ivoire, il augmente la crédibilité par cette nécessité de matériaux rares. Aujourd'hui, on ferait pareil, mais en citant les dernières trouvailles de la science. Il donne à sa description un aspect le plus technique possible, prenant le contrepied des récits précédents où ce voyage dans le temps était lié à la nébulosité floue du trouble de conscience. Ici, au contraire, tout est le plus net possible. Il a une théorie "scientifique" à la disposition de sa fiction : le temps est une quatrième dimension : comme une ligne le long de laquelle nous avançons, mais ne pourrait-on pas modifier notre progression sur cette ligne ? Ici, justement, si. Notre savant-fou, ayant donc mis sa machine au point, n'hésite pas à tenter lui-même l'aventure, pire, lors du premier voyage, il le fait sans rien dire à personne. Et le voilà parti ! Dans le futur. L'année 802 701. Rien que cela ! Wells avait d'abord mis un futur plus proche avant de réaliser, lui le darwiniste, que des modifications importantes de l'humain nécessitait des délais très longs.
   
   C'est là qu'intervient la seconde passion de Wells, et son deuxième talent : son penchant pour les sciences humaines et sociétales. Il va utiliser ce voyage pour donner vie à un monde effroyable ou l'humanité ce sera scindée en deux espèces : les beaux, gentils et terriblement moutonniers et les affreux, intelligents et destructeurs, qui les exploitent comme du gibier. On peut, à son goût, le prendre au sens littéral ou le voir comme si Wells avait poussé à son paroxysme le concept d'exploitation de l'homme par l'homme.
   
   Notre hardi explorateur fera d'autres expéditions, mais le voyage dans le temps n'est pas sans danger, bien au contraire...
   
   Il faut l'avoir lu, au moins une fois.

critique par Sibylline




* * *