Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le livre de jungle de Joseph Rudyard Kipling

Joseph Rudyard Kipling
  Dès 05 ans: Histoires comme ça
  Dès 07 ans: Mowgli
  Kim
  L'histoire des Gadsby
  Stalky et cie
  La plus belle histoire du monde
  La lumière qui s'éteint
  Puck lutin de la montagne
  Sous les déodars
  Les bâtisseurs de ponts
  Nouveaux contes des collines
  L’homme qui voulut être roi
  Dès 08 ans: Histoires comme ça
  Le livre de jungle
  Le second livre de la jungle

AUTEUR DES MOIS D'AVRIL & MAI 2018

Rudyard Kipling est un écrivain britannique né à Bombay le 30 décembre 1865 et mort à Londres, le 18 janvier 1936.

Son père était artiste, enseignant da'rt et fut conservateur de musée à Lahore où la famille s'était installée et où Rudyard vécut jusqu'à ses 6 ans.

Pour qu'il reçoive une éducation européenne, il fut ensuite envoyé en Angleterre avec sa sœur Trixie, en pension chez une nourrice. Hélas, il y fut maltraité.

A treize ans, il en fut retiré pour devenir pensionnaire dans un collège du Devon où la vie ne lui fut pas facile non plus.

En 1882, il retourne en Inde pour un petit emploi de journaliste et, en 1886, il publie son premier recueil de poésies, "Departmental Ditties" et commence à écrire de nombreuses nouvelles pour le journal.

En 1889, il quitte le journal et entreprend un voyage de six mois aux Etats Unis, avant de regagner l'Angleterre. Il fera bientôt d'autres grands voyages (Australie, Nouvelle-Zélande, Afrique du sud...)

Il se marie en 1892 et part pour les Etats-Unis où se trouve la famille de son épouse. Ils y resteront jusqu'en 1896, date d'un retour définitif en Grande Bretagne, entrecoupé de grands voyages.

Il est maintenant un écrivain à succès et se voit même attribuer le Prix Nobel en 1907.

Il mourut à l'âge de 70 ans. Son décès ayant été prématurément annoncé par un journal, il leur écrivit : « Je viens de lire que j'étais décédé. N'oubliez pas de me rayer de la liste des abonnés. »

Alberto Manguel a écrit une brève biographie de R. Kipling.

Le livre de jungle - Joseph Rudyard Kipling

7 nouvelles
Note :

   Qui ne connait – croit connaître en fait – le "Livre de la Jungle" ? Walt Disney est passé par là et à l’instar des super productions hollywoodiennes y a fait ses dégâts. Ne respectent rien ces gens-là ! Comment persuader de lire encore ces nouvelles, persuader de potentiels lecteurs que Rudyard Kipling est réellement un auteur (Prix Nobel de Littérature 1907 quand même !) et pas le simple scénariste d’un dessin animé universellement connu de Walt Disney ? Hollywood, que de ravages on commet en ton nom. Pffh !
   
   Dans ce "Livre de la jungle" (qui sera suivi d’un "second livre de la jungle"), les nouvelles concernant Mowgli ne sont pas majoritaires. Quatre d’entre elles sont autres.
   
   Les trois premières sont celles qui ont donné corps à la légende de Mowgli depuis son arrivée dans la jungle, bébé enlevé par le tigre Shere Khan et sauvé par Père-Loup et Mère-Louve qui vont devenir ses vrais parents (au sens parents éducateurs) : "Les frères de Mowgli", "La chasse de Kaa" et "Au tigre, au tigre".
   
   On y voit l’introduction de Baloo, l’ours, beaucoup moins grotesque que dans le dessin animé, le véritable "enseignant" des choses de la jungle auprès de Mowgli, de Baghera, "le" panthère noire (j’ai toujours cru que Baghera était une femelle !), le compagnon et garde du corps de Mowgli, de Kaa le python qui sauvera Mowgli dans une mauvaise passe avec les "Bandar-Log", les singes qui l’ont enlevé, et Shere Khan donc, l’adversaire mortel de Mowgli. Dans la troisième nouvelle d’ailleurs, consacrée au combat à mort contre Shere Khan, Rudyard Kipling introduit Messua, la mère naturelle de Mowgli, au cours d’une tentative de retour de Mowgli à une vie au sein des humains. Des humains pas du tout valorisés dans cette nouvelle ; des adversaires de la jungle, de la nature, des animaux...
   On est loin du côté "gnan-gnan" de Walt Disney. Le côté philosophique et humaniste des nouvelles a été délibérément gommé au profit d’une simplification plus vendeuse, bien sûr.
   Relisez le "Livre de la Jungle" pour goûter la différence.
   
   Les quatre autres nouvelles sont de toutes façons reliées aux dadas de Kipling ; la nature, les animaux et leurs rapports avec nous. A commencer par :
   "Rikki-Tikki-Tavi", la mangouste adoptée par une famille de britanniques installée dans la colonie indienne, qui va sauver l’enfant, Teddy, de la mort sous la forme d’une famille de cobras s’estimant dérangée par l’arrivée des colons dans la maison désertée. Merci Rikki-Tikki_Tavi. Pour autant je ne suis pas persuadé que j’adopterais une mangouste comme animal de compagnie ! (mais il est vrai que les cobras sont rares par ici !!)
   "Le phoque blanc" ; Kotick, jeune phoque est horrifié par le destin qui guette tous les jeunes phoques, assassinés sur les grèves par les humains qui en veulent à leur peau. Lui-même n’a dû son salut qu’au fait qu’il soit blanc. Il ne veut pas en rester là et va entreprendre périple et actions pour trouver une solution. Un phoque volontariste s’il en est !
   "Toomai des éléphants" : on n’est pas loin du fantastique là, avec cette "Danse des éléphants" qui a lieu une nuit dans l’année. Toomai n’est pas encore adulte mais il fait preuve d’une curiosité sans limite qui lui vaudra, et de nous faire connaître la "Danse des éléphants" et de se faire reconnaître comme éléphant remarquable.
   "Service de la Reine" : le "Service de la Reine" vu côté animaux, les mulets, bœufs, chameaux, chevaux, éléphants au service de l’Armée de sa Majesté en colonie indienne. La conclusion de cette nouvelle et la morale qu’en tire Rudyard Kipling m’a passablement irrité :
   "- Mais les bêtes sont-elles donc aussi sages que les hommes ? demanda le chef.
   Elles obéissent comme font les hommes : mulet, cheval, éléphant ou bœuf obéit à son conducteur, le conducteur à son sergent, le sergent à son lieutenant, le lieutenant à son capitaine, le capitaine à son major, le major à son colonel, le colonel au brigadier commandant trois régiments, le brigadier au général, qui obéit au Vice-Roi, qui est le serviteur de l’Impératrice. Voilà comment cela est fait.
   Je voudrais bien qu’il en soit de même en Afghanistan ! dit le chef ; car, là, nous n’obéissons qu’à notre propre volonté.
   Et c’est pour cela, dit l’officier indigène, en frisant sa moustache, qu’il faut à votre Amir, auquel vous n’obéissez pas, venir ici prendre des ordres de notre Vice-Roi."

   Wouarf ! Quand on voit le bourbier afghan de nos jours, on se dit que...
   Ce"Livre de la Jungle" est suivi d’un "second Livre de la Jungle", plus intéressant je trouve...

critique par Tistou




* * *