Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

G comme: La malédiction de Gustave Babel de Gess

Gess
  G comme: La malédiction de Gustave Babel

G comme: La malédiction de Gustave Babel - Gess

Un récit des contes de la Pieuvre
Note :

   1925, Gustave Babel, ex-tueur de la Pieuvre, la mafia parisienne, vient de se faire tirer dessus, en Argentine où il vit depuis plusieurs années. Alors qu'il agonise et qu'il sent la vie quitter son corps, Gustave se souvient de ce qui l'a mené là. Gustave souffre d'amnésie sur son enfance et son adolescence, c'est après son premier contrat qu'il fait des rêves étranges, violents et bizarres, des rêves qui pourraient bien le diriger vers son enfance et ses souvenirs enfouis.
   
   Alors, alors, alors,... comment parler de ce roman graphique qui est étonnant,, loin de tout ce que j'ai pu lire en BD, qui part dans des délires oniriques totalement barré, bizarre, beau, fort et revient sur des contingences très terre à terre ?
   
    Tout d'abord, en ouvrant l'ouvrage, j'ai été surpris par le dessin qui n'est pas celui a priori que je préfère, mais au fil des pages, je change d'avis et deviens très amateur de ce trait. Ce qui joue en faveur de cette BD, c'est que son auteur use de différents styles, la classique avec phylactères, des cases avec un texte à côté, des grandes cases, des petites voire des toutes petites, rien n'est prévisible et j'adore ça. Les couleurs également changent en fonction des lieux, des périodes, du rêve ou de la réalité. Un coup colorées, un autre monochromes (sépia, jaunes, noires, bleues, marron, ...). Des références à foison, à la peinture, la littérature, le cinéma (il m'a semblé rencontrer un sosie de Depardieu). Et puis surtout de la poésie. Baudelaire traverse l'œuvre de Gess du début à la fin. Des poèmes, notamment Une charogne, sont cités qui guident Gustave dans sa vie, l'aident à supporter ses absences de souvenirs.
   
   Venons-en justement à Gustave Babel, tueur à gages de la Pieuvre, parlant toutes les langues du monde, c'est un don. Coupe de cheveux improbable, faciès pas des plus attirants. Ce qui le tracasse c'est que ses premiers contrats sont morts avant qu'il n'arrive et qu'ils viennent le troubler dans ses rêves menés par un étrange Hypnotiseur. Le début de la BD est déroutant et je me suis demandé ce qui m'avait pris de l'ouvrir. Mais la suite est excellente et si l'on se laisse porter, on va sans encombre jusqu'à la fin où tout s'explique. En revenant au début, après ma lecture, je me suis même demandé pourquoi j'avais eu ces hésitations.
   
   J'ai passé un moment -assez long quand même (mais pas trop, au contraire), presque 200 pages- formidable et si je classe cette BD dans mes coups de cœur, c'est qu'elle m'a cueilli, m'a surpris ; j'adore qu'un auteur se joue de moi et parvienne à me surprendre. Tout est bath dans l'ouvrage, inattendu les dessins, le scénario. Sortez de l'ordinaire, lisez "La malédiction de Gustave Babel".

critique par Yv




* * *