Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

S comme: Paroles d’honneur de Leïla Slimani

Leïla Slimani
  Chanson douce
  S comme: Paroles d’honneur

S comme: Paroles d’honneur - Leïla Slimani

Liberté au Maroc !
Note :

   Dessins : Laetitia Coryn
   

   J’ai repéré cette BD lors de précédentes "BD de la semaine". La culture marocaine en est une que je connais très peu, même si je rêve de visiter le pays (sait-on jamais, peut-être l’an prochain, pendant mon différé… on peut rêver). Du coup, cette BD-documentaire traitant des femmes marocaines, en particulier de la sexualité des femmes marocaines m’a tout de suite interpelée. J’imaginais bien qu’à travers ces regards de femmes, j’en apprendrais un peu plus sur ce pays et sa culture.
   
   C’est à partir de rencontres réelles avec des femmes marocaines que Leila Slimani a bâti cette bande dessinée. Il y a d’abord Nour, une femme célibataire, qui a voulu autre chose que de se plier aux coutumes et aux exigences de sa famille. Dans la famille de Nour, il y a deux choix. Soit tu es une femme bien et tu respectes les règles des hommes, tu t’habilles décemment, tu restes vierge et tu obéis, soit tu es une pute. En plus des traditions, les lois rendent l’égalité homme-femme très compliquée. Ce sont donc plusieurs témoignages de femmes qui nous sont livrés. Des femmes fortes, qui souhaitent faire changer les choses. Des femmes qui souffrent aussi.
   
   J’ai été particulièrement chamboulées par ces femmes qui ont les même désirs que moi, les mêmes envies que moi, mais qui vivent dans un endroit autre, où le contexte limite schizophrène les empêche de s’émanciper. Le regard des autres et l’honneur prennent une place prépondérante dans ce récit et le secret, les cachettes sont fréquentes. Trop fréquentes. Un récit nécessaire, qui parle de la fausseté des rapports entraînée par la situation et la difficulté à nouer des relations qui en découle.
   
   En tant qu’occidentale, j’ai parfois eu du mal à le croire. Certaines lois, certains propos et pratiques viennent me chercher en plein dans ce en quoi je crois le plus. Et ça ne bouge que beaucoup trop lentement. C’est que le Coran "dit" bien des choses… Du moins, on lui en fait dire.

critique par Karine




* * *