Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le jour où j’ai appris à vivre de Laurent Gounelle

Laurent Gounelle
  L'homme qui voulait être heureux
  Le jour où j’ai appris à vivre
  Les dieux voyagent toujours incognito

Laurent Gounelle est un auteur français né en 1966.

Le jour où j’ai appris à vivre - Laurent Gounelle

Le retour d’Amélie Poulain
Note :

   "On a tous dans l’cœur une vieille tantine oubliée
   "Qui nous donnait ses conseils bien avisés…"
   Voilà, en résumé et d’une façon nostalgique empruntée à Laurent Voulzy, ce qu’on pourrait dire de ce petit précis sur le bonheur et comment en approcher.
   
   Jonathan, père divorcé ayant la garde de son unique fille un weekend sur deux, travaille d’arrache-pied dans un cabinet d’assurances. A deux doigts d’un burn-out prévisible, il prend quelques vacances et rend visite à sa tante qui va lui apprendre la différence fondamentale entre réussir dans la vie et réussir sa vie.
   
   On a, forcément, tous eu entre nos mains au moins une fois pareille révélation, un conseil avisé venant d’un plus sage que nous. Combien d’entre nous avons mis en pratique ces thèses toutes simples qui peuvent se résumer en une phrase :
   Chercher à donner plutôt que vouloir recevoir.
   Ce qui est formidable c’est de se rendre compte qu’à chaque fois, ça marche : on tombe dans le panneau. Allons, ne soyons pas bêtement terre à terre ou incrédules, ce qui revient un peu à la même chose en fait, et laissons-nous emporter par ce court roman où tout finit bien, cela va de soi.
   Autour du héros, une petite galerie de personnages englués dans leurs habitudes plus ou moins névrosées. Un régal de clichés bien sentis et joliment tournés.
   
   L’écriture de Laurent Gounelle fait mouche, simple et légère comme du Lévy ou du Musso, explicative à la Werber et empreinte des bons sentiments de Schmitt. Bref, pas de quoi rivaliser avec les grands classiques, ni atteindre la profondeur d’un Luther King ou d’un Gandhi. Mais je ne lui en demande pas autant. Juste de passer un agréable moment. Et, qui sait, peut-être changerons-nous d’attitude vis-à-vis des autres dans notre vie.
   
   Un livre de plage sous lequel se cache non pas quelques pavés rescapés d’un délicieux mois de Mai mais peut-être la clé du bonheur.

critique par Walter Hartright




* * *