Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Doggy Bag- Saison 1 de Philippe Djian

Philippe Djian
  Maudit Manège
  Ça c'est un baiser
  Vers chez les blancs
  Doggy Bag- Saison 1
  Doggy Bag- Saison 2
  Doggy Bag- Saison 3
  Doggy Bag- Saison 4
  Sainte-Bob
  Frictions
  Impuretés
  Doggy bag- saison 5
  Bleu comme l’enfer
  Impardonnables
  Incidences
  Lorsque Lou
  Marlène

Philippe Djian est un écrivain français né en 1949.

Doggy Bag- Saison 1 - Philippe Djian

Série, mais pas télé.
Note :

   Si j’ai été attirée par ce livre, c’est parce qu’on en parlait (essentiellement sur les blogs) comme d’une sorte de série télé mais dans un livre…alors, vu que je n’ai pas la télé je me suis dit, tiens, ça pourrait la remplacer (même si la télé ne me manque pas du tout, mais c’est vrai qu’avant j’étais friande de séries). C’est ma foi une bonne idée pour fidéliser son lecteur, car il existe quatre tomes je crois…
   
   L’histoire tourne essentiellement autour de deux frères, Marc et David Sollens, la quarantaine, séduisants et tout pour être heureux. Jusqu’au jour où Edith refait son apparition après une absence de près de vingt ans.
    Edith fut la cause d’une douloureuse histoire entre ces deux frères et qui aurait pu finir très mal, mais ce tome là ne nous révèle pas précisément les circonstances de ce drame, il nous dit juste qu’il a eu lieu…
   Edith n’est pas revenue par hasard, elle a voulu le faire durant ces vingt années mais n’y est pas parvenue. Les retrouvailles avec ses deux anciens prétendants ne se passent pas immédiatement comme elle l’aurait souhaité, mais le lien qui les unit tous les trois finira par reprendre le dessus. Chacun vivra sa vie comme il l’entend, mais jamais loin les uns des autres…jusqu’au jour où la révélation qui se faisait attendre pointera le bout de son nez.
   
   Le début de cette lecture a été très laborieuse pour moi, car j’ai eu beaucoup de mal à identifier les personnages, je les mélangeais sans cesse, je ne me rappelais plus quel nom correspondait à qui… Heureusement pour moi, l’auteur fait une petite présentation des personnages au tout début du livre et j’y suis retournée de nombreuses fois.
   
   J’ai également eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire car le début est assez confus, toutes sortes de situations sont évoquées, les personnages ont un lien mais on ne le connaît pas bien encore, on a donc des difficultés a être captivé.
   
   Mais j’ai tout de même persévéré et j’avoue que le fait d’être sans cesse dans l’ignorance de ce qui s’est réellement passé nous donne envie de continuer la lecture, juste pour en savoir plus…et l’auteur termine son roman sur une interrogation, aussi bien pour les protagonistes que pour nous…alors j’ai vraiment envie de connaître la suite et surtout l’issue de toute cette histoire…
    ↓

critique par Mme Patch




* * *



Feuilleton
Note :

   Lors d’une interview récente, Ph. Djian justifiait ses choix d’écriture en affirmant que pour lui, le livre est un outil pour permettre aux lecteurs de comprendre le monde qui les entoure.
   C’est sans doute pour cette raison qu’il s’est inspiré des séries américaines, telle « Six Feet Under» pour bâtir les saisons de Doggy Bag…
   
   Toute l'histoire de cette première saison s'articule autour du personnage d'Edith, une femme ambitieuse et manipulatrice qui a jeté son dévolu sur deux frères et divisé toute une famille avant de partir avec un troisième homme.
   Vingt ans plus tard, la voilà de retour et bien décidée à remettre le grappin sur le premier des deux qui cédera à ses avances ; donnant du même coup un père à sa fille…
   
   Dans ce huis clos familial, les personnages ont tous une aura particulière et les liens qui existent entre eux sont sous tendus de mystères.
   
   Sexe, suspense et complots en tout genre rythment l'intrigue de ce livre. On imagine chaque scène, chaque personnage et leurs dialogues respectifs comme si on y était.
   
   Le style est léger, fluide, mais les passages sexuels et crus un peu nombreux, à mon goût.
   
   Philippe Djian nous entraîne au plus profond des méandres de l'âme humaine, dans ce qu'elle a de plus beau mais aussi de plus cruel et tourmenté.
   Haine, désespoir, domination, mais aussi compréhension, entre aide, amour se partagent allègrement la vedette.
   
   Vaste programme pour un livre qui vaut le coup d'être lu comme on regarderait une bonne fiction à la télévision. En ce sens, Monsieur Djian a gagné son pari : le lecteur entre dans le monde qui l’entoure !
   
   Morceau choisi :
    «Au fond, David se sentait libre, mais il n'était pas libre. Et il ne savait pas s'il devait s'en plaindre ou s'en féliciter. Ou plus simplement s'en foutre et prendre les choses telles qu'elles venaient. De toute façon, il n'éprouvait pas le besoin d'affronter son frère une seconde fois. Ils avaient mis tant d'années à se raccommoder, à accomplir ce travail de titans, que l'on ne risquait pas de l'y reprendre. Edith ou pas Edith.»
    ↓

critique par Jaqlin




* * *



Soap
Note :

   Résumé
   
   "Marc et David Sollens, la quarantaine sexy, ont tout pour être heureux. À la tête d'un florissant garage de voitures de luxe, leur vie s'écoule avec ses faiblesses, ses accélérations, ses rencontres d'un soir, ses passions et ses tracas. Vingt ans plus tôt, ils faillirent pourtant s'entre-tuer pour une jeune femme, Edith, qui disparut comme elle était venue. Les plaies furent pansées et nos deux frères enterrèrent la hache de guerre. Mais par un beau matin, la belle pointa de nouveau le bout de son nez..."

   
   Commentaire

   
   J'avais bien hâte de découvrir cette série qui en a charmé tant! Après que j'aie - sans succès - fait fouiller une librairie complète à un pauvre libraire pour trouver les premiers tomes, Fashion a eu pitié de moi et m'a gentiment fait parvenir les saisons 1 et 2! 
   
   Après la lecture de la première saison, je reste toutefois avec un sentiment mitigé. J'ai apprécié certains aspects du livre mais j'ai eu beaucoup de difficulté à m'attacher aux personnages, ce qui n'a pas aidé à mon plaisir de lecture. Peut-être aussi est-ce le fait que j'ai un horaire complètement débile ces temps-ci et que je n'aie presque pas le temps de lire plus de 15 minutes à la fois... difficile de suivre, dans ce temps-là!
   
   On y rencontre donc la famille Sollens, famille dont tous les membres semblent être un peu cinglés et qui, comme par hasard, s'accoquinent avec d'autres gens qui sont aussi cinglés qu'eux! Normalement, donc, ça a tout pour me plaire... j'aime bien les grands cinglés!  Sauf que leur penchant pour le "me, myself, and I" me les a rendus bien peu sympathiques...  Impossible de s'identifier à qui que ce soit là-dedans!
   
   Par contre, le style est selon moi bien original. Philippe Dijan a calqué ici son écriture sur les "soaps" américains. On a donc affaire à des flashes, des changements rapides de décors et de protagonistes. La succession des événements et la découverte des secrets sont comme à la télé. L'écriture est visuelle et tous les clichés des dits soaps sont présents: rebondissements, mélodrames et compagnie! On évite les explications et longues discussions comme dans ces séries... en évoquant la première phrase et en laissant le lecteur sur la réaction de l'interlocuteur (imaginer en gros plan avec une trame sonore dramatique)! C'est caricatural et on tourne rapidement les pages pour savoir quel horrible malheur va encore arriver!!!
   
   Aussi, comme dans certaines séries, on laisse une énorme place au sexe sous toutes ses formes. La plupart des protagonistes sont de remarquables baiseurs et quand ils ne trouvent pas de partenaires, ils se débrouillent très bien seuls! Et, pour rester dans le thème, l'auteur en parle particulièrement souvent! Au bout d'un moment, ça m'a un peu lassée... 
   
   Je lirai certainement la seconde saison, sachant à quoi m'attendre... et prévoyant ne pas vraiment aimer les personnages! De plus, le volume se termine sur un événement bien dramatique... impossible de ne pas vouloir savoir ce qui va arriver ensuite!! En terminant, un gros merci à Fashion de me l'avoir envoyé!!  J'ai pu satisfaire ma curiosité!

critique par Karine




* * *