Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dans les angles morts de Elizabeth Brundage

Elizabeth Brundage
  Dans les angles morts

Dans les angles morts - Elizabeth Brundage

Maison maudite
Note :

   1979, à Chosen, petite ville dans l'état de New York.
   
   Le roman commence par le meurtre de Catherine, sauvagement assassinée et retrouvée par Georges, son mari, dans leur maison familiale. Leur fillette, âgée de 3 ans, est sur place au moment du drame. Le shérif Lawton, chargé de l'enquête, soupçonne rapidement le conjoint.
   
   Puis retour en arrière et focus sur l'histoire de ce couple et de cette maison, qu'ils ont achetée neuf mois plus tôt, à un prix très attractif, étant donné ce qu'il est arrivé aux occupants précédents. Ils s'y sont en effet suicidés, laissant leurs trois enfants orphelins. Les trois fils, devenus adultes, vont travailler pour cette famille, sans que Catherine, qui noue des liens d'amitié avec eux, ne sache le drame qu'ils ont vécu dans ce même lieu des années auparavant. En parallèle, on suit l'histoire de cette fratrie, restée vivre dans le village après la tragédie, grâce à l'hospitalité de leur oncle.
   
   On est rapidement happé par cette histoire complexe, aux multiples personnages, dont certains sont si énigmatiques qu'on se demande quel rôle ils ont joué exactement. Car une question taraude le lecteur : qui a tué Catherine et pourquoi ?
   
   Voici un thriller psychologique particulièrement réussi, très bien écrit, où l'auteure distille petit à petit les fils d'une intrigue captivante. J'ai beaucoup aimé ce roman formidablement construit, qui m'a tenue en haleine jusqu'à la fin.
    ↓

critique par Éléonore W.




* * *



Et il n'y a pas que les angles
Note :

   Connecticut, environ de Chosen, sur la côte, une ferme isolée.
   
   Février 1979. George Clare se présente chez ses voisins les plus proches pour dire qu’il a retrouvé sa femme assassinée dans son lit, d’un coup de hache. Un carreau a été brisé au rez-de –chaussée.
   
   Le couple vivait là depuis le mois d’août précédent avec leur petite fille Franny. Celle-ci devait dormir au moment du drame. Elle ne semble pas avoir vu quelque chose. George était à l’université, donnant ses cours d’histoire de l’art.
   
   Le shérif Lawton pense que George est coupable, et c’est loin d’être une opinion isolée. Le couple en s’entendait pas, George était brutal, imprévisible. Il avait eu une très jeune maîtresse, Willis, qui en sait long sur son passé, mais elle ne va pas pouvoir parler… et du coup, on n’a aucune preuve.
   
   De nombreux flash back nous ramènent en arrière : notamment lorsque la vieille ferme appartenait à la famille Hale : en faillite, ils se sont suicidés (ou le mari a entraîné sa femme dans la mort sans qu’elle s’en doute, pour le lecteur ce serait plutôt ça), laissant trois garçons de 12 à 18 ans. Depuis , la maison est tenue pour maudite et même hantée. Le fantôme de la femme erre dans ces lieux. La nouvelle maîtresse de maison sent sa présence et même la voit une ou deux fois. D’autres personnes sont conscientes d’une entité invisible.
   
   La femme assassinée Catherine, et George son époux sont les personnages principaux ; un couple très mal assorti, marié à cause de la grossesse surprise de Catherine. Celle-ci est très croyante, éprise de spiritualité, et son mari s’en exaspère. D’autres personnages sont développés : deux des fils Hale, Cole qui venait garder la fillette, et Eddy son frère aîné qu’on employait à rénover la ferme. Willis une très jeune fille déprimée, serveuse dans l’auberge la plus proche, amie d’Eddy et maîtresse de George ; un couple de hippies d’âge mûr, Bram et Justine qui exploitent une autre ferme avec sérieux. Les Lawton, lui, shérif et elle agente immobilière. Le chef du département de l’université qui emploie George : un homme qui apprécie Swedenborg et donc s’adonne à l’occultisme ; George faisait une thèse sur George Innes, un peintre de paysage de l’école d’Hudson.
   
   Petit à petit se dévoile une partie du tempérament et des méfaits de George, mais on ne saura jamais tout. Le roman est bien construit, certaines descriptions sont fortes.
   
   Le roman est imprégné de l’aspiration à la spiritualité, passant par la contemplation de la beauté : l’auteur est probablement adepte elle aussi des thèses de Swedenborg ; cela se sent. Cette atmosphère et cette idéologie m’ont gênée. Trop de contemplation, et aussi, il faut le dire un certain manichéisme.

critique par Jehanne




* * *