Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Jusqu'à la lie de Margery Allingham

Margery Allingham
  Crime à Black Dudley
  Au cœur du labyrinthe
  Jusqu'à la lie

Margery Louise Allingham est une romancière britannique née en 1904 et décédée en 1966.

Jusqu'à la lie - Margery Allingham

Albert Campion boit le calice
Note :

   Titre original : Look to the Lady, Jarrolds Publishing, Londres, 1931
   
   Pour l'édition originale, Le Masque, coll. Les reines du crime, 1997 pour la traduction française, traduit de l'anglais par Jean-Pierre Massias, rééd. in "La Maison des morts étranges et autres aventures d'Albert Campion", Omnibus, 2010; 1024 pages.
   

    Dans sa sélection effectuée pour ce volume, François Rivière a privilégié les premières aventures d'Albert Campion, un détective quelque peu atypique : "Je cherche, dit-il, une solution aux déboires de mes prochains, en échange d'un peu d'argent". Margery Allingham le mettra en scène dans dix-huit romans qui, si l'on en croit le Dictionnaire des littératures policières de Claude Mesplède, n'ont pas tous la légèreté des premiers. Les aventures de Campion, ici attaché à protéger un précieux calice convoité par une bande de malfaiteurs, sont en effet bien enlevées et semées de traits d'esprit dus au personnage principal qui rappellent les livres de P.G. Wodehouse.
   
    Curiosité. Un chapitre est intitulé "Cinquante-sept variétés", simplement à cause d'une phrase prononcée par un personnage qui dit connaître "cinquante-sept variétés de marguerites". Une allusion, peut-on penser, aux "57 varieties" annoncées encore aujourd'hui sur les flacons de ketchup Heinz, qui inspirèrent à Perec un de ses "Je me souviens" (le 322) : "Je me souviens que j'avais l'ambition d'avoir un jour les 57 variétés Heinz". On peut être surpris de voir ce slogan dans un livre de 1931 mais Roland Brasseur, dans "Je me souviens de Je me souviens", nous apprend que la publicité vantant les 57 Heinz varieties date de 1887.

critique par P.Didion




* * *