Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Quand monte le flot sombre de Margaret Drabble

Margaret Drabble
  Une journée dans la vie d'une femme souriante
  Quand monte le flot sombre

Margaret Drabble est une écrivaine britannique née en 1939.

Quand monte le flot sombre - Margaret Drabble

Mais vieillir, Oh, vieillir... ♫
Note :

   Ce flot sombre qui monte et auquel nous sommes tous, inexorablement, promis n’est autre que la mort, cette ultime promesse pour mettre fin à toute vie, petite ou grande, longue ou courte, célèbre ou anonyme. C’est aussi, métaphoriquement parlant comme un écho au thème central du livre, la montée des eaux boueuses qu’induit un hiver inhabituellement et outrageusement pluvieux submergeant de façon menaçante des parties entières d’un Royaume-Uni que sillonne de long en large Fran Stubbs. Une pluie contre laquelle on ne peut rien si ce n’est se résoudre avec une sorte de crainte plus ou moins exprimée face au caractère inexorable de ce sur quoi nous n’avons aucune prise. Une pluie contre laquelle la fille de Fran tente de se protéger, isolée dans sa vieille et petite bâtisse en bord de canal au Pays de Galles. C’est aussi la montée redoutée de la mer depuis qu’une série de violents tremblements de terre font craindre le surgissement d’un nouveau volcan au large des Iles Canaries. C’est là-bas que se trouve d’ailleurs le fils de Fran, présentateur télévisé spécialisé en émissions dédiées à l’art et actuellement au chômage.
   
   Fran est une petite septuagénaire dont l’énergie est toute entière consacrée aux autres. Quand elle ne se soucie pas de ses enfants, elle court auprès de son ex-mari, ex-chirurgien célèbre. Cloué chez lui, malade et en fin de vie, elle le fournit en plats cuisinés autant pour se disculper d’une faute imaginaire que pour se donner une raison de vivre et d’être appréciée. Mais, surtout, ce qu’aime par-dessus tout Fran c’est parcourir en tous sens le Royaume-Uni au volant de sa petite Peugeot. Travaillant pour une Fondation, percevant ainsi un complément de revenu aussi indispensable que bienvenu, elle visite les maisons de retraite qui fleurissent depuis que la population vieillit en devenant dépendante. Son objectif : le bien-être des seniors.
   
   Elle aurait pu choisir, comme beaucoup d’autres, de se poser et d’ailleurs la tentation de le faire dans une de ces maisons modernes et pratiques, surgit parfois dans son esprit. Tentation qu’elle ne cesse de rejeter sous mille motifs préférant les désagréments de son appartement solitaire dans un quartier peu amène de Londres au charme d’une villégiature pour vieillards cacochymes.
   
   Autour de Fran gravitent de nombreux autres seniors auxquels elle est toujours directement ou indirectement liée. Certains ont fait le choix d’une de ces maisons de retraite qu’elle visite, d’autres celui de l’indépendance jusqu’à ce que cela devienne impossible. Beaucoup, presque tous d’ailleurs, sont issus de la classe supérieure de la société britannique : ex-professeurs d’université, ex-chercheurs, ils sont passionnés d’art en tous genres, cultivés. Parfois, ils restent brillants même si le déclin se manifeste, inexorablement.
   
   Au sein de cet univers, Margaret Drabble nous emmène dans un lent récit brillant sur les mystères, les contradictions, les joies mais surtout les douleurs que nous réserve la vieillesse. Truffé de citations de la littérature anglaise (Shakespeare, Yeats beaucoup) ou internationale (Simone de Beauvoir, Le livre des Tibétains etc…), ce voyage entre les générations et les îles pluvieuses de la perfide Albion ou ensoleillées des Canaries est avant tout une invitation à réfléchir au sens de la vie, à la place accordée à la mort, à la façon dont nous nous y préparons. A ce titre, la préoccupation de trouver la bonne épitaphe, le bon mot pour conclure son existence devient un trait commun pour résumer au mieux des existences qui, peu à peu, s’éteignent. Comme un leitmotiv mi-sérieux mi-comique visant à nous faire prendre conscience du caractère temporaire de notre présence sur terre. En sillonnant les villes et les campagnes anglaises, Fran se fait aussi l’observatrice et le vecteur d’une analyse sociologique d’un pays en pleine transformation, où le coût de la vie devient prohibitif et celui pour avoir le droit de mourir dignement tout autant, à titre individuel comme collectif.
   
   Margaret Drabble signe ici un roman d’une grande profondeur, d’une érudition ahurissante, d’une intelligence rare. Un chef-d’œuvre.
   ↓

critique par Cetalir




* * *



Humour parfois acidulé
Note :

   "Ces deux mois ont été très longs. Elle était beaucoup plus jeune, il y a deux mois. Elle avait traversé la soixantaine et dépassé les soixante-dix ans en marchant régulièrement sur un plateau des années durant, mais, maintenant, elle a brusquement descendu une marche. Voilà ce qui se passe. Elle sait tout là-dessus. Elle a été avertie plusieurs fois de l'existence de cette marche vers le bas, de cet étage inférieur. Ce n'est pas une falaise de la chute, mais c'est une descente vers un nouveau genre de plateau, vers un niveau inférieur. On espère rester sur ce terrain plat encore quelques années, mais on peut ne pas avoir cette chance."
   

   Tandis que Fran sillonne l'Angleterre, évaluant des maisons de retraite, des inondations menacent, métaphore poétique de la mort dont sont proches presque tous les personnages du roman de Margaret Drabble Quand monte le flot sombre.
   
   Pour autant ce roman n'est en rien lugubre ou désespérant. Fran est pleine de vigueur et ses amis ou connaissances abordent le dernier rivage avec, sinon, sérénité, du moins sans acrimonie. Il est vrai qu'ils ont eu des vies plutôt protégées, du moins dans leur âge adulte, riches d'un point de vue intellectuel et bénéficient de conditions de fin de vie confortables. Veuve mais s'occupant d'un ex-mari alité, Fran entretient aussi des relations subtiles, parfaitement décrites, avec ses enfants, mais néanmoins empreintes d'une tendresse prudente.
   
   Avec sa finesse et son humour parfois acidulé, Margaret Drabble nous livre une analyse psychologique fouillée, tissée de citations poétiques ou littéraires, mais aussi un portrait d'une certaine Angleterre. Avec empathie, mais se tenant aussi à distance de ses personnages pour éviter tout pathos, la narratrice du roman affirme ignorer certaines de leurs pensées ou balayer d'un revers de la main, sans précisions, la fin de certains d'entre eux.
   
   Un bon gros roman anglais comme on les aime!

critique par Cathulu




* * *