Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

M comme: Belleville story de Arnaud Malherbe

Arnaud Malherbe
  M comme: Belleville story

M comme: Belleville story - Arnaud Malherbe

BD-polar
Note :

    Dessins : Perriot Vincent
   
   Belleville, une nuit. Jadzec et Freddy se retrouvent mêlés à une histoire de clandestins chinois alors qu'ils pensaient fourguer des téléviseurs volés. La situation, loin de s'apaiser, au contraire dérive vers un contrat sur la tête d'un homme, M. Zhu, arrivé de Chine, à la recherche d'une jeune femme.
   
   "Belleville, une nuit. Deux hommes. Deux missions. Une arme. Un quartier." (4éme de couverture.)
   

   Pas mal du tout cette BD-polar. Ambiance nocturne parisienne. Pas forcément le trait du dessin dont je suis le plus amateur, mais l'ensemble fonctionne très bien et l'on se prend très vite à l'intrigue grâce à la qualité du scénario.
   
   Pas beaucoup d'humour. Freddy est un mec très susceptible, énervé et révolté qui ne supporte pas qu'on puisse le frôler et qui voudrait sortir Larna de sa condition de prostituée, mais la somme demandée par son souteneur est conséquente. Il va rencontrer M. Zhu, sorte de Zorro chinois et sa nuit ne ressemblera à aucune autre. Personnages-archétypes bien dessinés et écrits, on n'a pas de surprise, surtout pas de mauvaise. Il faut dans ce genre de littérature des personnages qu'on reconnaisse du premier coup d’œil ou dès les premières phrases.
   
   Une variation intéressante du thème de la transmission sur fond de trahison, d'exploitation des faibles par les forts. Les personnages varient au cours de l'ouvrage, jamais tout bons ou tout mauvais. On ressent aussi ce quartier de Belleville que pourtant je ne connais pas -une prochaine virée à Paris et je visite.
   
   A noter que cette BD est d'abord parue en deux tomes, Avant minuit et Après minuit (en 2010 et 2011) rassemblés ici en un seul livre et deux parties qui portent les noms de chacun des tomes.

critique par Yv




* * *