Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'affabulateur de Jakob Wassermann

Jakob Wassermann
  L'Affaire Maurizius
  L'affabulateur

Jakob Wassermann est un écrivain allemand né en 1873 et mort en 1934. Il fut l'ami de Rainer Maria Rilke et de Thomas Mann.

L'affabulateur - Jakob Wassermann

Début du 17ème siècle
Note :

   Titre original : Der Aufruhr um den Junker Ernst, 1926
   
    Jacok Wassermann (1873-1934), à en croire Wikipedia, n'a franchement pas connu une vie bien heureuse... J'en avais entendu parler grâce à "L'affaire Maurizius". Ses romans, interdits, furent brûlés par les nazis.
   
    Au moyen de l'intéressante présentation de Stéphane Michaud j'apprends que le jésuite Friedrich von Spee (1591-1635) (qui rencontre le héros, le damoiseau Ernest ) (Junker est traduit ainsi) est un personnage historique. Ce qui date les événements relatés dans ce roman.
   
    Ernest, orphelin de père et délaissé par sa mère, une fantasque baronne, est le neveu de Philippe-Adolphe, évêque de Wurtzbourg, ayant droit de vie et de mort (surtout de mort) sur toute personne soupçonnée de sorcellerie (en fait, il suffit souvent d'un voisin jaloux et dénonciateur). Prison, aveux sous la torture, bûcher, voilà le programme pour qui tombe entre ses mains. Mais le véritable détenteur de la puissance, c'est son confesseur, le révérend père Gropp, jésuite de son état.
   
    A l'adolescence, Ernest se révèle un magnifique conteur (L'affabulateur, c'est lui), sachant comme Shéhérazade maintenir le suspense quand il le faut, tenant sous son charme ses auditeurs. Libre dans ses déplacements, libre dans ses idées, influent sans doute sans le vouloir ou le revendiquer, électron libre, finalement.
   
    L'Eglise et son bras armé va-t-elle laisser faire? Pas plus qu'en Allemagne dans les années 20-30, l'on accepte certaines prises de parole, Wassermann le sait bien.
   
    Drôle de roman/fable, écrit dans une langue remarquable, et qui mérite d'être redécouvert. Avec un final à la 14 juillet.

critique par Keisha




* * *