Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Intrigue à l’anglaise de Adrien Goetz

Adrien Goetz
  Intrigue à l’anglaise
  La Dormeuse de Naples
  Le Coiffeur de Chateaubriand
  Intrigue à Giverny
  Ados: Les oiseaux de Christophe Colomb

Adrien Goetz est un historien de l'art et écrivain français, né en 1966.

Intrigue à l’anglaise - Adrien Goetz

De Mathilde à Diana
Note :

   Déjà auteur du très bon roman La Dormeuse de Naples, Adrien GOETZ récidive avec un « thriller artistique ».
   
   Nommée Conservatrice du patrimoine après de brillantes études, Pénélope est envoyée pour son premier poste à… Bayeux.
   
   Au même moment le 31 août 1997 la Princesse Diana et Dodi al-Fayed trouvent la mort sous le tunnel de l’Alma.
   
   Coïncidence ?
   Qu’est ce qui lie la tapisserie de Bayeux au Ritz et même bien des années auparavant au Duc et à la Duchesse deWindsor ?
   
   En même temps Pénélope s’aperçoit qu’il manquerait 3 mètres de toile à la Tapisserie, que sont-ils devenus ? Depuis quand manquent-ils et pourquoi ?
   
   Roman mystérieux, érudit, l’auteur nous entraîne d’une écriture claire avec des pointes d’humour à travers l’histoire de la France et de l’Angleterre depuis Guillaume le Conquérant et la bataille d’Hastings jusqu’à notre époque.
   
   Deux dates sont sans cesse en parallèle dans le livre, 1066 et 1997.
   
   Ce livre procure un vrai bonheur de lecture mais il laisse en même temps un peu « sur sa faim ».
   
   La psychologie des personnages n’est pas assez travaillée, un peu rudimentaire on a parfois affaire à une ébauche mais il ne faut pas bouder notre plaisir, l’art et la littérature ont toujours fait bon ménage et on est bien loin ici de l’indigeste Da Vinci Code.
   
   Un fois le roman refermé on a très envie de chercher plus de renseignements sur la tapisserie de Bayeux même si on oublie assez vite les personnages.
   ↓

critique par Rita




* * *



L'anti Da Vinci Code
Note :

   "Prenez une jeune sortante de l'école nationale du patrimoine, son premier poste en province à Bayeux, la fameuse tapisserie, une tentative de meurtre, un journaliste local, Pierre Erard, enamouré et un petit ami, prénommé Wandrille, un tantinet négligent... vous obtenez une "intrigue à l'anglaise" bien menée, bien rythmée avec un zeste de douce folie et d'invraisemblance qui font apprécier au lecteur cette aventure échevelée.
   
   Pénélope à la sortie de l'école nationale du patrimoine se voit nommée directrice adjointe du musée de Bayeux où est précieusement conservée la célèbre tapisserie retraçant la conquête de l'Angleterre par Guillaume de Normandie. Bien entendu, cette nomination lui paraît être une station du purgatoire, à elle, Pénélope (quel prénom prédestiné) spécialiste des tissus égyptiens antiques! Elle aurait tant aimé se voir confier le département des antiquités égyptienne, quelle présomption due à la jeunesse naïve!
   
   De fil en aiguille, voilà notre Pénélope (joli coeur....souvenez-vous...les fous du volant avec Satans et Diabolo...) en proie à un mystère des plus épineux: et si la tapisserie conservée à Bayeux n'était qu'un canular datant de l'époque napoléonienne? Et si elle représentait un danger pour la monarchie britannique, déjà secouée par les frasques de Lady Di? Et si...il lui en manquait un bout, un morceau de trois mètres...et que révèleraient-ils? Qu'en fait Odon, le demi-frère de Guillaume le Conquérant, avait été désigné par ce dernier comme son successeur? Et si, et si, et si....elle avait été nommée, à Bayeux, pour démystifier tout cela?
   
   Ce fut une bouffée de légèreté après mes lectures sérieuses et émouvantes au plus haut point. Ce fut une lecture pleine de rires et de sourires: l'auteur manie un humour, parfois facile certes, qui fait mouche à tous les coups et a une écriture joyeuse et décontractée. Ce qui m'a beaucoup plu? Le côté décalé de cette aventure qui rappelle "Da Vinci Code" tout en le raillant par l'atmosphère burlesque qui s'en dégage constamment! Quelque part un anti "Da Vinci Code" désopilant au possible! Car le fin du fin fut d'y mêler, avec un sens comique certain, le tragique accident du Pont de l'Alma au cours duquel périrent Lady Diana et Dodi al-Fayed.
   
   Adrien Goetz en profite aussi pour mentionner des détails historiques peu glorieux pour la famille régnante anglaise: les relations plus que compromettante du Duc de Windsor avec Hitler. Il en profite aussi pour promener, grâce à Wandrille, pétillant et léger chroniqueur télé mondain pour un journal parisien, dans les dédales des revues telles que "Point de vue, images du Monde" ou des ragots des dîners en ville.
   
   Si ce roman n'est pas de la grande et haute littérature, il a le mérite de faire rire grâce aux nombreux clins d'oeil littéraires, cinématographiques, télévisuels et historiques et à son humour débridé....on ne boude pas son plaisir et c'est ce qui compte!
   ↓

critique par Chatperlipopette




* * *



La «Telle du Conquest»
Note :

   Pénélope est dépitée. Elle aurait pu rêver mieux. A peine sortie de l'Ecole du Louvre, la voilà catapultée conservatrice-adjointe au Musée de la Tapisserie à Bayeux. Pour elle, qui rêvait d'Egypte et qui s'était spécialisée dans l'étude de l'art copte, cette nomination est un véritable camouflet !
   
   Voici donc Pénélope en route pour la cité bajocasse, persuadée de se trouver au début d'une longue période teintée d'ennui dans cette atmosphère provinciale. Mais à sa grande surprise, elle va très rapidement faire l'expérience du contraire.
   
   Tout d'abord, Solange Fulgence, la conservatrice du Musée, est brutalement agressée au moment précis où elle devait se rendre à Paris afin d'assister à une vente aux enchères à l'Hotel Drouot. Qu'à cela ne tienne! Pénélope se rendra elle-même à Paris où elle fera jouer le droit de préemption des Musées de France pour faire l'acquisition de vieux tissus qui, décidément, semblent intéresser au plus haut point un énigmatique personnage…
   
   C'est tout un écheveau que va devoir débrouiller tant bien que mal Pénélope, aidée par son petit ami Wandrille, journaliste et chroniqueur mondain.
   
   Mené à cent à l'heure, ce roman d'Adrien Goetz est un petit chef-d-oeuvre d'humour et d'érudition qui pastiche intelligemment les romans à mystère et à complots du style «Da Vinci Chose» et autres «Règle de quatre».
   
   Sans jamais se prendre au sérieux, mais en nous livrant toutefois des informations véridiques sur l'histoire de la «Telle du Conquest» (la Toile de la Conquête), Adrien Goetz réussit l'exploit de nous mener en bateau sur plus de 300 pages, de nous faire rire et trembler, de nous croquer les portraits truculents des personnages principaux et secondaires, de nous faire remonter le temps et de nous narrer les pérégrinations et autres aventures de cette tapisserie du XIème siècle ainsi que l'exploitation politique et idéologique qui a pu être faite de cet artefact, du haut moyen-âge jusqu'à l'Allemagne nazie.
   
   Mêlant habilement polar, humour caustique et histoire de l'art, Adrien Goetz avec «Intrigue à l'anglaise» nous livre un roman plein de fausses pistes, d'éclats de rire et d'anecdotes historiques méconnues. Un roman léger, certes, mais intelligent et intensément jubilatoire.

critique par Le Bibliomane




* * *