Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La vie automatique de Christian Oster

Christian Oster
  Trois hommes seuls
  Dès 09 ans: Le mariage de la tortue
  Rouler
  Sur la dune
  La vie automatique

Christian Oster est un écrivain français né à Paris en 1949.

La vie automatique - Christian Oster

Le tragi-comiques des saltimbanques
Note :

   Une phrase, qui fait la jonction entre la fin de la page 137 et le tout début de la suivante, résume formidablement tout ce roman : "Tout allait formidablement bien, j’étouffais." Une formule qui, dans son antinomie, résume à elle seule le style souvent percutant, efficace et interpellant de Christian Oster ainsi que l’état d’esprit de son personnage principal.
   
   Jean est arrivé à un tournant de sa vie, sans presque y prendre garde. La petite soixantaine, il vient de se faire plaquer par sa compagne avant de laisser brûler par distraction, plongé dans ses pensées ou ses observations contemplatives, sa maison sans réagir autrement qu’en réunissant vaguement quelques vêtements avant de se rendre en train, abandonnant tout, ne donnant aucune nouvelle, ne s’inquiétant de rien, vers la capitale.
   
   Lui, l’acteur de série B survivant grâce à de petits rôles dans des séries télévisuelles, se retrouve aussi dépouillé qu’un enfant qui vient de naître. Sans réelle volonté, sans autre projet que de disparaître aux yeux des rares amis qu’il a encore, il fait la rencontre fortuite, dans le métro parisien, d’une femme âgée, ancienne gloire du cinéma et du théâtre des années soixante qui lui offre de l’héberger dans son hôtel particulier.
   
   A partir de là, Christian Oster qui n’a d’ailleurs pas son pareil pour imaginer des mondes et des personnages en perdition, navigant constamment entre deux mondes, l’un perdu, l’autre restant tout en potentialité, nous entraîne dans une histoire à la fois totalement folle, hautement improbable, loufoque et pleine de personnages tous plus étranges les uns que les autres, se tenant en marge de tout et, surtout, d’eux-mêmes. Cela donne lieu à des scènes souvent hilarantes puis parfois tragiques comme ces vies elles-mêmes tragi-comiques de saltimbanques qui n’ont pas la moindre idée de là où ils vont, simplement tout entier dévoués à leur art, incarnant dans des personnages fictionnels ce qu’ils sont sans doute incapables d’être dans la vie réelle.
   
   Alors, la façon la plus simple de tenter de vivre est encore de se laisser porter par les circonstances, d’accepter les heureuses surprises et les malheurs, de passer en pilote automatique sans résister, quoi qu’on en puisse encore réellement penser, avançant dans une brume quelque peu dépressive faite de renoncements, de petits bonheurs comme d’immenses déceptions dont il faudra se contenter.
   
   Malgré cette lourdeur sous-jacente, Christian Oster parvient à distiller une légèreté, une poésie et un charme qui font tout le sel de ce joli petit roman.

critique par Cetalir




* * *