Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La part des anges de Laurent Bénégui

Laurent Bénégui
  Mon pire ennemi est sous mon chapeau
  Naissance d'un père
  La part des anges

La part des anges - Laurent Bénégui

Bénégui fait que du bien
Note :

   Maxime, trentenaire célibataire et sans père, assure les obsèques de sa mère. Au-delà du chagrin et de la solitude, ce jeune homme déboussolé va proposer aux cendres de la défunte (qui veille au grain) un dernier parcours originalement gustatif.
   
   « La part des anges » est une lecture très sympa et une rencontre avec un bonhomme un peu à côté de ses pompes comme peuvent l'être certains chercheurs. Le pitch original (la balade dans un marché) donne du relief à l'histoire et est l'occasion de rappels de souvenirs de la défunte. C'est aussi une autre façon de se recueillir : aller à la rencontre de l'entourage maternel et pourquoi pas y dénicher quelques perles... alimentaires et humaines. Comme toujours, chez Laurent Bénégui, il y a une vraie retenue dans les sentiments et une sincère courtoisie, des personnages solaires et humbles, un humour frais et peu caustique, un profond respect de la nature humaine.
   
   Moins fort que « Naissance d'un père », « La part des anges » continue le décryptage du sentiment amoureux. Lire Laurent Bénégui ne fait que du bien et c'est déjà beaucoup !
   
   
   Présentation de l'éditeur
   
   « À la mort de Muriel, sa mère, Maxime se rend au Pays basque pour les funérailles. Il assiste à la crémation en état de choc et, quand on lui donne les cendres, ne sait pas quoi en faire. Il dépose donc l'urne dans le panier à commissions de sa mère pour emmener celle-ci une dernière fois faire ses courses au marché. Une initiative en forme d'hommage épicurien qui devient embarrassante lorsque, entre les étals de fruits et de poissons, apparaît Maylis, la jolie infirmière qui s'est occupée de Muriel jusqu'à son dernier souffle... Comment lui avouer que celle-ci est au fond du cabas ? »

critique par Philisine Cave




* * *