Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Gourou sur la branche de Kiran Desai

Kiran Desai
  Le Gourou sur la branche
  La perte en héritage
  Les Origines de l’amour

Kiran Desai est une écrivaine indienne née à New Delhi en 1971. Elle est la fille de la romancière et nouvelliste Anita Desai.

Le Gourou sur la branche - Kiran Desai

Des journées entières dans les arbres !
Note :

    C'est un garçon ! Sampath est né à l'arrivée de la mousson, après une telle sécheresse que des secours étaient envoyés par avion. Vingt ans plus tard, Sampath n'est pas un Indien acteur du miracle économique qui transfigure certaines parties de l'Inde en Silicon Valley. Dans sa vallée il y a des vergers : les goyaviers qui y poussent sont cependant à l'abandon jusqu'au jour où Sampath, las de la routine de la famille, de l'agitation de la petite ville, Shahkot, et ayant perdu son job à la Poste, s'y réfugie. Il s'installe sur une branche de goyavier. Il refuse d'en redescendre et devient non pas un "baron perché" à la mode de Calvino, mais un ermite, un Baba, un Sage — d'où le titre.
   
    Le roman décrit la vie de toute une famille, d'abord lasse de ce fainéant de Sampath, puis attentive à sa tranquillité et à ses besoins. Sa mère, la rêveuse Kulfi est douée pour la cuisine : elle n'en fait que pour un fils qui à ses yeux a toujours raison. C'est la grand-mère, Ammaji, qui nourrit les autres : Chawla, le père qui espère bâtir une fortune avec les pèlerins qui viennent profiter de la grande sagesse de Sampath, et Pinky la fille amoureuse du marchand de glaces. Un jour, un singe langur cesse d'importuner les filles devant le cinéma et vient au verger. Tous ses congénères suivent. Sampath devient le Baba des singes. Mais les singes deviennent de terribles alcooliques, et de si mauvais sujets que toute la ville s'émeut. Les projets se succéderont pour résoudre la contradiction entre la présence des pèlerins et celle des sauvageons.
   
    À travers ce roman réjouissant, le lecteur découvre les multiples facettes de la société indienne (hors du monde rural). La place du garçon dans la famille est essentielle. De nombreux passages, pleins d'ironie, tournent autour du mariage. Kulfi avait été présentée à Chawla et à sa mère comme la seule personne normale d'une famille un peu fêlée. La dot était intéressante et permit d'effacer les dettes. Lorsque Sampath s'entête à rester dans son arbre, les parents envisagent de le marier : ainsi reçoit-il sans joie une jeune fille à marier escortée de toute sa famille. Mais la personne est de carnation trop foncée. Heureusement, du point de vue de l'ermite arboricole, elle tombe lourdement du goyavier. Exit la donzelle. On parle aussi mariage pour le marchand de glaces. Celui-ci vit au milieu de douze femmes (mère, tantes et soeurs…) et comme il rêve d'aller rejoindre Pinky, qui lui a mordu l'oreille par amour, elles lui trouvent une superbe beauté au teint clair et aux yeux de biche. Pour qui le marchand de glaces va-t-il fondre ?
   
    Une ironie féroce vise les fonctionnaires indiens et tous les serviteurs de l'État. Le directeur des postes réquisitionne son personnel pour préparer les fêtes du mariage de sa fille. Le colonel qui surveille plus les pigeons que ses soldats, le médecin responsable de la santé publique, le préfet qui tarde à venir de Delhi, tous participent à une mise en boîte souriante. Les manuels disent que l'administration indienne est pléthorique. L'auteur reprend le cliché et invente ici un fonctionnaire chargé de vérifier l'authenticité des gourous ! Très absorbé par son travail d'espionnage dans le verger, et particulièrement attentif aux préparations culinaires de Kulfi, parviendra-t-il à prouver l'imposture ?
   
   L'auteure est fille d'une romancière célèbre. "Le Gourou sur la branche", est son premier roman. Il est plein de saveurs indiennes et de parfums exotiques. Kiran Desai a reçu le Man Booker Prize 2006 pour son second roman, "The Inheritance of Loss"; on en attend impatiemment la traduction!
   
   PS : Le titre français sera "La perte en héritage “

critique par Mapero




* * *